Et moi, je possède les étoiles, car personne avant moi n'a jamais songé à les posséder || Sanggyae

 :: Le Controle Identitaire :: Présentations :: Humains validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Humain
Voir le profil de l'utilisateur http://short-edition.com/fr/auteur/justine-lortal
Âge IRL : 24
Messages : 458
Date d'inscription : 31/08/2016
Âge du Personnage : 25 ans.
Race : Humain.
En couple avec : Personne.
Métier : Représentant du Domaine de l'Immigré / Prince du Bhoutan.
Multi-Compte : Nature - Lagertha Marten - Dvir Mailstrom
Identité Générale


Et toi ? C'est quoi ton nom ? Le Prince pose la question. Il n'ouvre pas la bouche, mais qui dit qu'on a besoin de mots pour se faire comprendre ? Lui, c'est Sanggyae, c'est un prince, c'est un prince humain. Mais pas un grand prince, pas un héritier à proprement parler. Il ne sera maître d'aucun royaume plus tard, mais sa vie appartient au Bhoutan, et à son frère qui règne sur ce pays brumeux. Son second nom, c'est Manhei, en hommage à sa mère. Troisième prince, Sanggyae est de la lignée Wangchuck, comme ses deux autres frères, comme ses sœurs. Désormais porté disparu depuis un an et sept mois, il a été déclaré mort. Car même un prince, peut partir de la plus pitoyable des manières.

Seulement lui, du haut de ses 25 ans, né le 12 mai 1991, il ne règne pas, et il est parti visiter le monde, étudier dans de grandes écoles jusqu'à ses dix-huit ans pour revenir ensuite au pays, devenir la seconde parole du Bhoutan, après son second frère. Mais il ne se trouve pas utile non, et le père le voulait éduqué, et son frère roi le veut intelligent. "Enrichis ton âme et ton corps, découvre le monde et sa modernité, pour notre royaume et son Bonheur.". Alors, l'homme partit de son pays, pour servir son royaume et son petit peuple, le prince a débuté une licence politique, afin de représenter son royaume. Mais il n'a plus rien à représenter maintenant, ici, excepté peut-être devenir le représentant du domaine des Immigrés.

Sanggyae, c'est un petit tout assez particulier, qui depuis son enfance, est affectueusement surnommé le Petit Prince par le Bhoutan et sa population, par ceux qui connaissent un peu sa culture. C'est une marque représentative, et ses invités, ses interlocuteurs, ses servants, le nommaient ainsi, par marque de respect. Il l'a gardé ici aussi. Il emprunte le masque de Kassim de Magi The Labyrinth of Magic.


Physiologie & Psychologie

« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

1m78 • 67 kilos • Cheveux noirs et longs • Dreadlocks • Yeux marrons-pourpres • Habits occidentaux et bhoutanais • Dessins à l'encre sur le corps • Pratique Arts Martiaux • Allure princière • Charismatique • Léger accent • Élégant • Sportif • Élancé

C'est un prince. C'est une explication pour tout ce qu'il fait, pour sa façon d'agir. "Regarde son allure." "C'est un prince." "Oui, c'est vrai." "Regarde ses vêtements." "C'est un prince." "Oui, c'est vrai." Être prince explique-t-il tant de choses ? Est-ce une formule magique pour devenir un simple nom, une simple explication ? Alors, Sanggyae n'est qu'une explication, c'est triste. Sanggyae est triste, mais c'est un prince, alors ça explique tout.

Le Petit Prince, comme le dit son nom, c'est un prince, un peu petit quand il était enfant. Même très petit. Mais c'était adorable, alors on ne se moquait pas. Sanggyae a grandit depuis, même si ce n'est toujours pas un géant. 1m78, pour 67 kilogrammes. Il n'est pas gros et gras, il n'a pas la peau blanche des princes charmants. Lui, c'est un prince d'un pays agricole, et sa peau est hâlée par le soleil et le ciel, ses mains sont usées et ses muscles sont présents. L'art martial du bouddhisme zen lui a construit ce corps, avec encore quelques hématomes, de ci, de là. Son corps n'est pas celui d'un athlète, mais ses muscles sont là, dans un frôlement contre la peau, on les sent sous nos doigts. Il garde cette allure princière, calme et douce de son pays, de son royaume.

Sanggyae, il attire les regards avec sa démarche, avec ses vêtements. Il porte des vêtements occidentaux quant il le faut, mais il ne les a jamais aimé. Il préfère ceux de son pays, ces vêtements qui permettent de se mouvoir. Des étoffes de soie ou de coton, enroulées autour du cou ou bien du front, portant le blason du Bhoutan. Des barrettes et bijoux, dans les cheveux, un peu partout. Il porte toujours quelque part sur lui, l'insigne de son pays ; un dragon, en général le bracelet doré à son avant-bras. Sinon, il est dessiné à l'encre dans son dos, autour de son cou ou bien sur son bras. C'est riche sans être trop, c'est étranger sans être détonnant. C'est beau et particulier, c'est Sanggyae. Pourtant, ici, il faut s'adapter, mais il ne peut oublier cet insigne si cher à son cœur et son esprit.

Il fait un peu plus jeune que son âge, le Petit Prince, avec son visage androgyne, la façon dont il prend soin de lui. Car l'apparence d'un prince, même troisième du nom, elle compte, et elle parle pour un pays. Un Prince beau et intelligent c'est alors un pays beau et intelligent. Alors Sanggyae se regarde dans la glace, ses domestiques le préparent, le maquillent.

Son nez aquilin plait à certains, autant que son faciès fin. Ses yeux sont d'un marron empourpré en matinée et soirée. Ils sont étirés, rehaussés par ses pommettes. Son visage parait presque féminin, heureusement qu'il est assez grand pour dire le contraire... Et puis, c'est un prince, c'est fragile mais courageux, frêle et tendancieux.

Ses iris sont plus expressives que son sourire. Oh il sourit, mais comme on lui a apprit ; un sourire accueillant, confiant, rassurant. Et il en devient attachant, car Sanggyae, à part être prince, il ne sait pas faire. Mettez-le dans une situation ordinaire, et ce sera comme un enfant : perdu, mais qui essaie de garder une certaine façade. On l'aime bien Sanggyae, car sous sa douceur, il y a une force de caractère ; quand il ne comprend pas, il essaie de comprendre. C'est pourquoi on l'a envoyé dans le monde ; pour le comprendre, pour devenir une passerelle entre son pays et les autres États. C'est pourquoi l'Agence s'est intéressé à lui, à ce Troisième-ci. Ce défaut le rend plus humain. Parce qu'un prince ne sait pas tout, et ne fait pas tout.

Ses cheveux sont longs, lui arrivant au bas du dos, et d'un noir de geai, des dreadlocks plus exactement. Ce n'est pas commun au Bhoutan, et c'est une des marques qu'il a gardé, en étudiant à l'extérieur de son pays. Il s'est occidentalisé, il fait parti de deux mondes différents. Le Petit Prince garde le mystère de son pays, mais il a perdu ce côté intouchable de ce dernier. Et ce n'est pas plus mal. Ils sont coiffés, souvent, décorés comme ceux d'une femme, diraient certains.

Quant au maquillage, c'est particulier. Ce sont des pinceaux, du noir pour accentuer le regard, ou bien des dessins sur la peau, orientaux, des mantras pour commencer la journée avec une citation de Bouddha, pour le guider. Il repart ainsi, sans oublier ses cigarettes et son porte cigare. Un petit pêché parmi tant d'autres...N'est-ce pas ? Un pêché soigné et féminisé entre ses longs doigts. Comme quoi le prince n'est pas aussi innocent que le dit son surnom.

Longs cils, regard calme et inquisiteur, sourcils soigneusement épilés, et pourtant il sonne chez lui comme un sous-entendu malsain. Sanggyae n'est pas narcissique, mais il se complaît dans son apparence et il aime en jouer pour avoir l'attention... Autant pour ce qu'il représente, que pour lui-même. Après tout, les regards des autres sur vous, ça fait toujours plaisir, non ? Ça fait plaisir au Petit Prince. Car dans son pays, il n'est que le Troisième, on ne s'intéresse pas tant à lui.



« Mais si tu viens n’importe quand ; je ne saurai jamais à quelle heure m’habiller le cœur… »

Jaloux • Possessif • Hypocrite • Sérieux • Maladroit • Patriotique • Fumeur • Sociable "Prince" • Pensif • Sourire "de façade" • Complexe du grand-frère • Éduqué • Gentleman "en société" • Charmeur • Méprisant • Méfiant • Ironique • Associable "Humain" • Détaché • Secret • Narcisse • Susceptible • Sensible • Persévérant • Adaptable • Bouddhiste

Le Petit Prince ne parait qu’innocent. En fin de compte, c’est juste une histoire de paraître. On pourrait tellement dire sur ce qu’il paraît, et tellement peu sur ce qu’il est. Sanggyae paraît prince, prince bouddhique assez charmant, au sourire rassurant et calme. Les notions bouddhiques et autres mantras lui dictent sa manière de vivre, bien qu’il ne s’agisse pas du plus grand fervent du Bhoutan, il suit la majorité des principes tout en profitant de la vie occidentale, et il n'a pas perdu cette habitude en arrivant sur Saol Eile, quand bien même sa foi est durement mise à l'épreuve. Il fait sacrifice de sa pensée religieuse pour mieux comprendre celle politique, scientifique et rationnelle du monde en lui-même, et de ce nouveau monde désormais. L’image qu’elle donne, réelle et mensongère à la fois. Car au fond, il n’est que le Petit Prince pour les autres, et il n’est rien pour lui-même.

Le paraître n’est qu’une hypocrisie éhontée qu’il offre et qu’il aime offrir. C’est si facile d’obtenir l’attention des plus idiots avec le simple mot prince dans son identité… Même lorsqu’on est prince de rien du tout. Et ça, il trouve ça ironique et il se décore d’ironie au regard des politiques, et des actions qu’il doit mener pour le peuple. C’est le jeu du paraître, il le manie à ravir.

Sanggyae n’est pourtant pas des plus extraordinaires, c’est un homme, et force est de constater que la majorité l’oublie, préférant le prince au détriment de l’homme. Le Petit Prince est avant tout un travailleur, un homme qui veut toujours donner le meilleur, en particulier dans les Arts Martiaux, et en ce qui concernait son pays. Même s’il paraît pour beaucoup de choses, son amour pour son pays est présent. Il aime le Bhoutan, il aime son frère, il aime son prochain tant que ce prochain n’est pas le plus exécrable des Hommes… Disons qu’il choisit qui aimer et quel principe suivre. C’est sa fonction, celle donnée par son grand frère ; s’adapter à la situation. Malheureusement, tout ce qu'il aimait, il l'a laissé au profit d'une place ici. Alors, il doit s'adapter oui, mais plus Sanggyae s'adapte, et plus c'est douloureux.

Le Petit Prince n’est pas parfait, il est même l’un des plus imparfaits des hommes, supportable mais non aimable. Il l’est quand le besoin se fait sentir. Il l’est quand il le doit mais soupire. Son frère sa Majesté est faite pour ce job ; aider les autres, donner le Bonheur au pays, mais le Petit Prince est son contraire. Il sourit, il écoute, il retient mais ça ne l’intéresse pas. Il s’impatiente. Puis il trouvera le moyen de s’en aller. Cordialement d’abord, puis de manière effrayante s’il le faut. Effrayante ? Froide, plus exactement.

Sanggyae n’est pas un chaleureux, ou seulement avec ceux qu’il respecte, qu’il connaît depuis longtemps, assez longtemps pour donner sa confiance. Sa confiance, difficile de l’obtenir, plus difficile que sa méfiance. Il est prudent de nature, et il se posera toujours la question du pourquoi, de la cause, du comment avant de juger quelqu’un, avant d’agir. C’est une qualité comme un défaut. Tout dépend de la situation. Sanggyae ne se laisse qu’à moitié vivre ; il se permet des écarts, comme une brève inspiration avant de replonger la tête sous l’océan tumultueux. Mais il a apprit à survivre, alors il survit et ça lui convient.

Le Petit Prince fait ce que les Hommes supérieurs à lui de rang lui commandent. Plus exactement sa Majesté du Bhoutan, pour qui il deviendrait un chien enragé s’il lui demandait. Mais sa Majesté est bonne, lumineuse, douée, délicate. Et sa Majesté n'est pas sur Saol Eile. Le Petit Prince est plus humain, plus touchable et boueux. Sanggyae cache bon nombre de défauts sous le paraître.

Jaloux, possessif, fumeur compulsif, et maniaque. Il y en a d’autres, mais ce sont ceux qui apparaissent quand on commence à le connaître. Il ne peut pas concevoir un manque de respect sans son accord, il ne veut pas que l’attention se porte sur un homme qu’il sait meilleur que lui, et il ne supporte pas de ne pas être sur son trente-et-un. Pourquoi ? Il vous dira que ça ne vous regarde pas, car c’est sa fierté, et c’est une fierté mal placée.

Sanggyae, c’est un troisième prince. Un, c’est bien, c’est le meilleur des chiffres. Deux, c’est bien aussi, cela peut aider le un. Mais le Trois ? Oui, le trois ? On a eu beau le couvrir d’amour et de bonheur, des principes bouddhiques… Il n’a cessé de haïr ce chiffre trois. Car trois, c’est insignifiant, c’est impair ça ne représente rien. Il n’a pas eu l’attention portée à Sa Majesté et son second frère, jamais, ce n’était pas pareil. Et même si son cœur est empli d’amour, son âme est empoisonnée par l’idée d’être ignoré… L’ignorance est un étranglement lent et douloureux dans son esprit et il veut y mettre fin, à tout prix.

Vivre en-dehors du Bhoutan, dans la société occidentale lui a permis de transformer sa manière de vivre, de garder ses racines tout en se développant autrement et c’est ce que voulait sa Majesté. Sanggyae est donc détaché, s’en est effrayant. Pour tout dire, sa femme et son fils morts, il n’a pas pleuré, il n’a pas souffert, bien qu’il savait se montrer triste face au Bhoutan. Ce n’était qu’un masque, car dans sa tête ; cette femme et cet enfant étaient accrochés au nombre trois, et le nombre trois n’a aucune valeur, aucune. Alors sa Majesté pouvait bien lui chercher une fiancée pour donner des héritiers, il resterait anonyme et sans attaches.

Il sait charmer, il sait jouer de ses atouts physiques et de sa popularité de prince, mais il ne s’attache pas, par peur d’être blessé ; on préfère toujours le un et le deux au chiffre trois. Il charme, il aime puis il disparait. Ça fait trois.

Manhei ne sait pas se comporter dans les situations normales, il est maladroit, il ne sait pas. Alors il dit cela ridicule, il tente une autre approche mais ouvrir son cœur ? Difficile. L'action ordinaire ne lui semble pas première dans ses directives. Au fond, c'est juste un prince qui a du mal à être simple homme. Et il faut que l'homme lui apprenne à ne pas être prince. Et il faut que le Mythe lui apprenne à être homme. Qui est assez fou pour vouloir ce poste ?

Le Petit Prince paraît si mystérieux, semble si délicat et sérieux, mais le Petit Prince n’est qu’un homme avec un titre, tout simplement. Et le Petit Prince qui parait intouchable, ne l’est pas. Il pose la cigarette entre ses lèvres, il laisse la fumer danser et il danse. Oui, il danse, il pratique, il s’entraine corps et âme pour l’attention, pour ne pas être oublié… Surtout pas. Alors, que la sueur perle sur sa peau mate, et que les blessures se fassent sentir dans ses muscles. Pour un regard. Pour une idée. Pour un mensonge.

Viens. Viens quand il ne s'attend pas. Qu'il ne puisse pas parer son cœur d'artifices et de sourires. Viens, pour le voir comme il est réellement. Juste un instant. S'habiller le cœur pour ne pas sentir la douleur. Car il sait ne pas être lui, il ne sait être lui.

Je ne dirais rien de plus sur le Petit Prince. Laissons-lui son mystère, c'est sa meilleure arme et, je ne veux pas l'effrayer. Je n'ai pas tout dévoilé, à vous de lever ce drap pour mieux l'observer à vous de comprendre comment l'apprivoiser.


Biographie

« Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire. »

Manhei, ma mère, elle me murmurait ça, sur le pont de Phunaka. C’était une nuit printanière, elle était accoudée contre le bois, les fleurs voletaient dans le vent et s’accrochaient à ses cheveux noirs. J’avais dix ans, et c’était un jour avant mon envoi en Finlande.

Maman était très belle, enceinte de ma petite sœur, la seconde. C’était l’une des épouses de mon père, qui était aussi la mère de Jigme Khesar, ayant dix-neuf ans à l’époque. Lui, il était déjà parti pour Oxford, pour étudier la politique et les relations internationales, tout en devenant le visage du Bhoutan, mon père étant déjà fatigué. Mon second frère était lui aussi parti… Il ne restait que mes sœurs et moi. Maman était triste. Triste de me voir partir dans l’avion, le lendemain. Alors elle m’a murmuré cette phrase, pour que je m’en souvienne à jamais.

Myrth est venu avec moi. Il avait été élevé dans un monastère, c’est lui aussi qui m’a appris le Zen Huang Do et les principes du bouddhisme vajrayāna durant mon évolution en Occident. C’était mon mentor, mon confident, mon ami sur beaucoup de points. Lui, il comprenait, il comprenait ma peine… Quand Jigme est parti, le Bhoutan a pleuré, a ri, a applaudi, lui a souhaité bonne chance. Moi, personne n’est venu, sauf Maman, mes sœurs et les domestiques. Elle m’a donné ce bracelet dragon en or, à mon départ, et elle pleurait. Elle a aussi pleuré au téléphone, les semaines suivantes.

Le Petit Prince, il a fait son nid en Finlande, dans une prestigieuse école. Il a appris la culture occidentale, il voyageait dans plusieurs pays, rejoignait ses autres frères pour les sorties internationales. Le Petit Prince, il grandit, il apprend, mais pas comme avec ses frères. Le Zen Huang Do lui est très important, il lui rappelle ses après-midi passées avec son père dans la case, ou bien à s’occuper du potager dans le dzong de Jakar. Mais ici, l’architecture était différente, la vie différente, et il était plus jeune que ses frères, quand il a été envoyé en Occident. Le Petit Prince s’est développé sans encombres, il voyait la vie passée, il se voyait aimé, mais le trois semblait toujours son numéro…

Le lycée de Ninivaara de Joensuu était l’un des meilleurs, mais je ne l’aimais pas. Myrth me forçait à y aller. Il m’a aussi forcé à revenir au Bhoutan à partir de mes seize ans. Seize ans et je rencontrais ma femme, une femme plus âgée, que je n’ai pas aimé. Et je devais en plus lui faire un héritier ? En Occident, ces choses là ne se faisaient plus… Jigme m’a rassuré, il m’a poussé à agir, il m’a souri. Depuis ma naissance, il m’a toujours soutenu, et je l’admirais, et je le jalousais. Car je savais qu’il était parfait, et je savais que je ne serais jamais comme lui.

A mes dix-sept ans, mon père a abdiqué, Jigme Khesar Namgyel Wangchuck était nommé Roi Dragon du Bhoutan. La même année, ma femme et mon fils sont morts. Ce n’était pas une bonne année, non. Mais ce qui m’a blessé, ce furent les paroles de mon père, Jigme Singye : « Pourquoi couronner un héritier seulement quand la nation est en deuil du dernier roi ? » Un Héritier. Tu pouvais dire l’aîné Papa, car moi, tu n’aurais jamais pensé me donner ce rôle.

J’ai applaudi, j’ai souri, j’ai serré la main du nouveau  roi dragon, et j’ai prononcé les mots en m’inclinant : « Mang-pos Bhur-ba'i rgyalpo, Druk Gyalpo. ». Comme mon autre frère, comme mes sœurs, comme ma mère, comme leurs mères. Comme le pays. J’aime mon frère. Je l’aime à en mourir. Et je le hais. Car il est le numéro un, et je suis le numéro trois. Qu’importe mes efforts, qu’importe mon apprentissage dans tous les pays occidentalisés, de la modernité et des cultures, de tous les domaines, de la plus experte des diplomaties, mes efforts ne paieront pas. Je serais le troisième, je serais le Petit Prince.

J’ai obtenu mon diplôme à la fin de mon lycée, puis j’ai assisté mon second frère dans les relations internationales extérieures, mais j’avais beau faire, il parlait et je faisais juste office de bonne figure… Khesar m’a demandé de revenir au Bhoutan, à mes vingt-deux ans. Je ne sais pas si c’est mon frère qui s’est plaint que je fus un boulet, mais Khesar m’a demandé d’étudier le monde car j’étais particulier, je pouvais m’adapter au Bhoutan et aux autres cultures. Khesar ne peut pas mentir, c’est un roi, et notre religion nous le déconseille. Mais disait-il la vérité ? Je suis resté malgré tout encore un an au pays, pour continuer mon apprentissage du Zen Huang Do avec Myrth.

Vingt-trois ans. Il se rappelle, le Petit Prince, de la mort qui l’a réellement choqué. Des rebelles contre la monarchie, qui voulaient attaquer la famille royale. Un attentat qui a mal tourné, et deux morts. Khesar s’en est sorti, blessé à la tempe, le Petit Prince n’avait rien. Strictement rien. Troisième, ça sauve une vie… Mais pas celle de Myrth. Myrth qui s’est pris une balle à la place du Petit Prince. Et le Petit Prince a pleuré à chaudes larmes, il a souffert, terriblement. Il a pleuré, il s’est maudit, et il a éprouvé la Première Vérité de Bouddha. La souffrance, la douleur, le remord, des tortures constantes qu’il n’arrivait pas à annihiler. Il sent encore le sang recouvrir ses mains et ses avant-bras. Myrth lui manque, et Sanggyae a désormais peur de s’attacher à ses domestiques et ses suivants. Il aurait voulu que Myrth soit mort pour le Roi Dragon, pas pour le Troisième Prince.

Je suis allé dans un monastère, un an, là où avait vécu Myrth. J’ai amélioré ma maîtrise du Zen Huang Do ainsi que débuter le Kung-fu, deux arts martiaux cousins. Quand mon frère m’a demandé de partir du Bhoutan pour étudier plus en profondeur la politique et les relations internationales, je ne pensais pas qu’il y avait une raison sous-jacente qu’il préférait me cacher. Mais il me l’a demandé, j’ai donc agi. Il a choisi Harvard, dont Myrth lui avait vanté les mérites, il fût un temps.

Ce n’est que là-bas, en débutant mon année, que j’ai appris dans une lettre par mon second frère, que Khesar avait éloigné et dispersé toute la famille royale du Bhoutan pour un temps. Il ne restait là-bas que lui, sa femme, et son jeune fils. Les révolutionnaires d’il y a deux ans menaçaient de recommencer, plus sérieusement, leur tentative d’assassinat. Et jusqu’au bout, Khesar pensait à la protection de sa famille. Il avait pris le soin de m’envoyer dans cette université, de me protéger moi, et ma mère. Manhei était venue elle-aussi à Cambridge. Mon second frère me sommet de faire de même, de rester prudent et attentif.

Mais je ne veux pas la mort d'un autre Myrth, plus jamais. Je voulais me protéger moi-même s’il le fallait. Et d’un autre point de vue, je ne m’en faisais pas : je n’étais que le troisième, je ne serais pas une cible importante. Khesar promettait de faire un discours, les tensions passées, pour que notre second frère travaille avec lui sur l'expansion du Bhoutan tandis que je devais prendre la suite de ce frère à la fin de mes études, en représentant notre royaume dans l'économie et les relations internationales.

Tu vois ? Ma vie n'est pas normale et elle n'est pas extraordinaire pour autant. Je pourrais mourir que l'histoire ne se rappellerait de moi que comme un nom dans un livre. Ça me ronge cette idée, et je sais que ça ne devrait pas... Si Bouddha me voyait, que me dirait-il ? D'être heureux ? D'appliquer la Troisième Vérité ? Je n'arrive même pas à trouver la seconde...

Je te hais Khesar, pour donner tant de bonheur aux autres, sans prendre en compte le tien.

Et c'est à cet instant, que je reçus un mail des plus étranges.

Je ne connaissais pas le destinataire, et j’hésitais pendant un temps à lui répondre. Il pouvait bien s’agir des rebelles souhaitant connaître ma localisation. Puis, je me suis souvenu du nombre trois. Alors, je l’ai ouvert.

Ces doigts sur le clavier, qui avaient écrit tous ces mots à mon encontre ; ils semblaient tant savoir, tant comprendre mon ressenti, mes obligations, ce qui était précieux comme mes désirs. C’était effrayant. Mais Bouddha n’aurait pas voulu me voir ignorer ce contenu, cet aperçu, ces rêves. On ne me proposait plus le nombre trois, on me proposait le chiffre un. Cette simple pensée était douloureuse.

Pourtant, Khesar aurait souhaité que j’acceptasse cette opportunité. Alors, j’ai accepté, et à l’instant où je suis arrivé dans cet autre monde aux mythes et légendes, je l’ai regretté. Ce n’était ni pour Khesar, ni pour Bouddha, que j’avais tendu l’oreille à ce sifflement saurien. C’était pour moi-même, pour obtenir cette place que je n’aurais jamais eu sur Terre. Le mal était fait, il n’y avait plus de retour en arrière.

Il ne me restait que le bracelet de ma mère, ce dragon d’or, pour me remémorer ma famille, ainsi que mes souvenirs. Certainement que l’on croira les rebelles fautifs de ma disparition. J’aurais une tombe, le Bhoutan pleurera, le Roi Dragon pleurera. Il y aurait eu des montagnes de fleurs, des chants de gorge, des mantras… Puis peu à peu, les fleurs faneraient, et on oublierait mon nom.

J’avais commis une erreur fatidique.

J’ai pleuré, comme je n’avais jamais pleuré. Un prince ne devrait pas pleurer, et qu’importe que je ne fus plus ce prince, je restais le Petit Prince, en leurs mémoires. Comme pour me racheter auprès de Khesar, je me mis à chercher à penser comme lui. A me faire appeler, le Petit Prince.

Je faisais parti des premiers humains à arriver en ce monde. Les mythes et les légendes étaient surprenants, il était complexe au début de faire bonne figure, et de ne pas douter en Bouddha. Lorsque j'appris que j'étais vu comme un reproducteur, je ne fus pas tant surpris ; ne l'étais-je pas déjà sur Terre ? Néanmoins, je ne cherchais pas de femme, et l'excuse d'être veuf me laissait une certaine liberté.

Le Petit Prince, il décida d’aider ceux dans le besoin. Comme un prince avec son peuple. Si l’Agence accueillait à bras ouverts les nouveaux arrivants, le Petit Prince faisait office de voix et de soutien face à cette remise en question de nos propres fondements. Il s’asseyait, il écoutait, il expliquait. Car dans un monde fait d’étrangers, comme un premier né arrivant dans cet univers, il fallait une oreille pour entendre les premiers cris, un regard pour comprendre les premiers soupirs, et une main pour recueillir les premiers pleurs. Certains regrettent, certains se méfient de ces êtres, et ils ont besoin de réconfort. Le Petit Prince était humain à leurs iris. Il le paraissait plus à eux qu’à lui-même. Aussi triste cela puisse être : on fait toujours plus confiance à notre propre genre qu'à un étranger.

Bouddha ne faisait pas parti de ce monde, il était pourtant partie intégrante de mon être. Je suivais ces préceptes ; aider mon prochain, suivre ses Vérités. Je ne pouvais pourtant, dans ce nouveau monde, être autre chose qu’un prince. Je me comportais ainsi, ne fautant pas, parlant pour la majorité, et cherchant à comprendre le système politique de Saol Eile.

Par désir de solitude, par désir de me rappeler les landes cultivées de mon pays, il m'arrivait de partir sur l’Étendue de Gaïa, quelques semaines. J’aidais les humains qui appréciaient le travail agricole, autant que ces mythes auxquels je tentais d’adapter mon existence. Car c’est ce qu’un Petit Prince doit faire : s’adapter pour le bien de tous. Le travail de la terre me calmait et apprivoisait mes mauvaises pensées. Mais Nirodha, la Troisième Noble Vérité de Bouddha ne m’atteignit pas. Je n’arrivais pas à faire cesser mes souffrances. Peut-être car j’étais humain, peut-être car en ce monde-ci, Bouddha n’existait pas.

Cette vérité étreignait toujours la gorge du Petit Prince. Il continuait malgré tout à lever la tête vers le ciel, pour observer les étoiles. Il y a un an et demi de cela, voyant ces étoiles qu’il possédait, il repartit en ville. C’est là que le gouvernement de la ville lui proposa le poste de représentant du Domaine de l’Immigré. Il connaissait bien des choses sur la diplomatie et la politique. Il savait se comporter, se faire écouter, se faire voir, et comprendre les humains. Sa présence rassurait, et les Hommes avaient pris l'habitude de venir lui parler. Après tout, ne représentait-il pas un pays, sur Terre ? Il accepta. Il représentait si bien le genre humain. Malgré son sourire princier, malgré sa façon de remercier, ce soir sous les étoiles qu’il possédait, le Petit Prince se mit à pleurer.

« C’est tellement mystérieux, le pays des larmes. »



Derrière l'écran ?
★ Pseudo : Jabberwocky !
★ Âge : 22 ans !
★ Comment avez-vous connu le forum ? Une certaine modératrice Very Happy
★ Code :
★ Qui est la créatrice du Flux ? :

_________________

31.08.16 2:54
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité

Bienvenue ! :3

Comme d'habitude, ce que tu écris est toujours classe ! XD

Déjà hâte de lire sa biographie : ) !
Invité
31.08.16 3:52
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org
Âge IRL : 26
Messages : 363
Date d'inscription : 22/07/2016
Âge du Personnage : Quelques Millénaires ?
Race : Je suis un Dragon de type "Long".
En couple avec : Personne.
Métier : Représentant de l'Ombre.
Multi-Compte : Caesar ▬ Inferus ▬ Farah ▬ Cyriel
Actif ? : Off course ;)
Bonjour et Bienvenu ! Very Happy
Un début de fiche sympathique ! On attend encore de savoir pourquoi/comment exactement un Prince (et donc une figure importante) est arrivée sur Saol Eile avec une grande curiosité ^^

Pour la place de représentant du domaine de l'Immigré, à voir avec Ourania. Mais je pense que ce n'est pas impossible. Vu que, justement, on préférait un humain pour ce rôle ^^
31.08.16 10:05
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Un bourpi !!!

Pardon, j'ai lu la phrase d'intro des descriptions et je me suis rappelé cet épisode mythique de joueur du grenier sur le jeu SPORE

Bon courage pour la suite de ta fiche ^^
Invité
31.08.16 12:32
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Bienvenue a vous joli jeune homme

Invité
31.08.16 12:48
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humain
Voir le profil de l'utilisateur http://short-edition.com/fr/auteur/justine-lortal
Âge IRL : 24
Messages : 458
Date d'inscription : 31/08/2016
Âge du Personnage : 25 ans.
Race : Humain.
En couple avec : Personne.
Métier : Représentant du Domaine de l'Immigré / Prince du Bhoutan.
Multi-Compte : Nature - Lagertha Marten - Dvir Mailstrom
Merci à vous pour les bienvenus Very Happy J'ai posté une bonne partie de l'histoire mais je ne l'ai pas encore terminé !

Pour le poste de représentant, j'attendrais donc patiemment l'avis d'Ourania avant de continuer plus en avant la fiche o/ Merci beaucoup de l'information Smile !

Amon => Ouiii le bourpi ! J'ai tellement ri en voyant cet épisode. Comment associer St Exupéry à un jeu vidéo ? Joueur du Grenier. Voilà xD !

_________________

31.08.16 13:45
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Bienvenue. Et bourpi powa. *-*
Invité
31.08.16 14:07
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Femelle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 33
Messages : 606
Date d'inscription : 18/07/2016
Âge du Personnage : 581 ans
Race : Draconide
Métier : Première Apprentie de Kassandra, mage dimensionnelle
Multi-Compte : Lukian
Actif ? : Oui^^
Salut^^

Alors pour le poste de représentant, on ne l'aura pas fait venir spécifiquement pour ça. Ce poste est à gagner sur place, en obtenant la sympathie et le soutient des habitants de ce quartiers qui devront voir en toi le représentant de leurs intérêts ^^
31.08.16 14:09
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humain
Voir le profil de l'utilisateur http://short-edition.com/fr/auteur/justine-lortal
Âge IRL : 24
Messages : 458
Date d'inscription : 31/08/2016
Âge du Personnage : 25 ans.
Race : Humain.
En couple avec : Personne.
Métier : Représentant du Domaine de l'Immigré / Prince du Bhoutan.
Multi-Compte : Nature - Lagertha Marten - Dvir Mailstrom
Merci Jormund Very Happy Que la force du Bourpi soit avec nous

Ourania => Merci de cette information ! Du coup, je vais le faire arriver plus tôt que trois semaines quand même pour le poste, et je parle du fait qu'il ait obtenu le soutien des habitants dans ma fiche et qu'il est le représentant dans sa fiche, ou bien faudra-t-il plutôt que je le joue en rp ? ^^

_________________

31.08.16 14:13
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Femelle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 33
Messages : 606
Date d'inscription : 18/07/2016
Âge du Personnage : 581 ans
Race : Draconide
Métier : Première Apprentie de Kassandra, mage dimensionnelle
Multi-Compte : Lukian
Actif ? : Oui^^
Si c'est l'un des premiers arrivés et que tu l'explique bien dans ta fiche, je peux te l'accepter^^
31.08.16 14:14
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humain
Voir le profil de l'utilisateur http://short-edition.com/fr/auteur/justine-lortal
Âge IRL : 24
Messages : 458
Date d'inscription : 31/08/2016
Âge du Personnage : 25 ans.
Race : Humain.
En couple avec : Personne.
Métier : Représentant du Domaine de l'Immigré / Prince du Bhoutan.
Multi-Compte : Nature - Lagertha Marten - Dvir Mailstrom
Merci ! Du coup j'ai tenté, j'ai dit qu'il était arrivé il y a deux ans de cela pour rendre la chose plus rationnelle, et j'ai terminé ma fiche ! Pardon pour la qualité de la fin :s

_________________

31.08.16 17:09
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Bienvenue à toi cher Prince !
Encore un super cas de prise de tête pour l'agence à ce que je vois. X)
Invité
31.08.16 17:21
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humain
Voir le profil de l'utilisateur http://short-edition.com/fr/auteur/justine-lortal
Âge IRL : 24
Messages : 458
Date d'inscription : 31/08/2016
Âge du Personnage : 25 ans.
Race : Humain.
En couple avec : Personne.
Métier : Représentant du Domaine de l'Immigré / Prince du Bhoutan.
Multi-Compte : Nature - Lagertha Marten - Dvir Mailstrom
Oh non t'en fais pas ! J'ai une idée en tête, je pense je te proposerai un rp pour qu'on voit ça Smile !

EDIT : Et merci pour l'accueil, pardon xD

_________________

31.08.16 17:23
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Pas de soucis ! L'agence est toujours ouverte à ceux qui recherche l'amour !

(même si mon cerveau est quelque peu flottant dans la gelée ces temps-ci XD)
Invité
31.08.16 17:27
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Femelle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 33
Messages : 606
Date d'inscription : 18/07/2016
Âge du Personnage : 581 ans
Race : Draconide
Métier : Première Apprentie de Kassandra, mage dimensionnelle
Multi-Compte : Lukian
Actif ? : Oui^^
Les premiers humains sont arrivés il y a un an et demi à peine et non deux^^
31.08.16 20:15
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humain
Voir le profil de l'utilisateur http://short-edition.com/fr/auteur/justine-lortal
Âge IRL : 24
Messages : 458
Date d'inscription : 31/08/2016
Âge du Personnage : 25 ans.
Race : Humain.
En couple avec : Personne.
Métier : Représentant du Domaine de l'Immigré / Prince du Bhoutan.
Multi-Compte : Nature - Lagertha Marten - Dvir Mailstrom
Ah oui pardon, j'ai confondu Juillet 2014 et Janvier 2015 dans la chronologie ^^ Du coup j'ai modifié, désolée !

_________________

31.08.16 20:52
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Femelle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 33
Messages : 606
Date d'inscription : 18/07/2016
Âge du Personnage : 581 ans
Race : Draconide
Métier : Première Apprentie de Kassandra, mage dimensionnelle
Multi-Compte : Lukian
Actif ? : Oui^^
Fiche Validée
Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Saol Eile et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants. Nous te demanderons aussi d'aller recenser ton Métier cela serait pratique. Si ce n'est pas ton premier personnage parmi nous, merci de nous le signaler dans le Registre des Multiples Personnalités.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer. Notamment, tes autres comptes si tu en as, tes périodes d'absence, l'âge et autres petites informations utiles rapidement aux joueurs, et qui concernent ton personnage !
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup ...

Sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! A noter que les modèles proposés de codage ne sont pas obligatoires, si tu veux faire autrement : tu peux -_^
Nous avons aussi le Centre de Messagerie pour les rps de type "épistolaires/mail/sms". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, demander des lieux, trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration...etc.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.

Le staff te souhaite la bienvenue !
31.08.16 20:59
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saol Eile :: Le Controle Identitaire :: Présentations :: Humains validés-
Sauter vers: