Nathorod - Thunder wizard

 :: Le Controle Identitaire :: Présentations :: Mythiques validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.org/index.php
Âge IRL : 24
Messages : 60
Date d'inscription : 04/01/2017
Âge du Personnage : 1014 ans
Race : Oiseau-Tonnerre
En couple avec : J'ai pas tout compris...
Métier : Bibliothécaire à l'académie & mage de la nature
Multi-Compte : Lily Lux - Pearl - Xander Thrace
Actif ? : Oui
Identité Générale
★ Nom : Aucun
★ Prénom : Nathorod (qui signifie « petit tonnerre le fils de la terre »)
★ Année de Naissance : 11 juin 1002
★ Âge : Environ mille ans (1014 ans)

★ Origine : le Grand Ouest Américain
★ Race : Oiseau-Tonnerre
★ Métier : Mage diplômé (en magie liée aux forces de la nature), érudit en tous genres et paresseux notoire


Physiologie & Psychologie
Difficile d’imaginer quelqu’un comme Nathorod être âgé de plus de quelques années… Alors qu’il a vécu déjà plus de quelques petits siècles ! Nathorod semble un éternel enfant. Son bon caractère en fait la proie de toutes les méchancetés et tous les coups durs de la vie. Heureusement, l’oiseau-tonnerre possède la capacité de sans cesse rebondir sur ses problèmes. Il n’est pas aussi inoffensif qu’il n’en a l’air.  On éprouve l’incroyable envie, en le voyant, de vouloir le cajoler, le protéger de tout, de ne jamais voir la peine s’inscrire sur son visage. Qu’il demeure à jamais cet enfant. Puis, dès qu’on le connait un peu, on se rend compte qu’il est agaçant. Très agaçant ! Non pas qu’il soit mesquin, pervers ou arrogant : pas le moins du monde ! Mais il parle. Sans arrêt. Il engrange le savoir avec une telle facilité qu’il ne peut s’empêcher de vouloir le transmettre ensuite. Il aime partager la connaissance mais ne s’aperçoit pas souvent à quel point cela peut être ennuyeux ou devenir une marque d’orgueil pour ses interlocuteurs. Nathorod n’étant pas très doué en société et faisant de la curiosité scientifique une valeur sûre, il est parfois difficile de le reconnecter au monde réel. Il n’a pas d’avis sur la politique et prône la plus grande ouverture d’esprit possible. C’est un voyageur, aussi bien physiquement qu’intellectuellement. Perfectionniste mais tolérant, indulgent envers les gens trop obtus ou dépourvus de cette fantastique capacité à s’émerveiller de tout, il estime de son devoir d’éclairer le monde de ses découvertes. Car ainsi il n’en sera que plus beau.

Érudit mais aussi joueur. Nathorod est taquin, malicieux, rusé, optimiste. Il a beaucoup de mal à exprimer ses sentiments et donc à se faire comprendre, ce qui ne l’empêche pas de doubler son score sur l’échelle de l’agacement et de l’affection. Ses idées jugées originales et saugrenues lui valent des regards méfiants. L’oiseau-tonnerre aime expérimenter de nouvelles choses. Il a à cœur de préserver la diversité de Saol Eile et de voir dans les humains plus que des reproducteurs. De fait, il est fasciné par leur culture. Attention à ses plans fumeux ! Nathorod répondant à une logique connue de lui-seul, il faut savoir lui confiance et néanmoins préparer ses arrières. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer… Nathorod est également incapable de mentir, ou du moins, de manière convaincante. Ses émotions s’affichent sur son visage dans la plus parfaite sincérité. Il se montre timide, voire timoré lorsqu’il s’agit de parler à des inconnus ou de se mêler des affaires d’autrui – surtout quand cela concerne des sujets qui l’embarrassent. Plutôt que de mentir, en règle générale, le mythique semble agir bizarrement, comme s’il était empêtré dans on ne sait quelle réflexion et il refuse de parler. Il garde obstinément le silence. C’est aussi très agaçant. Etant, par ailleurs, la gentillesse incarnée, il ne peut pas faire de mal à autrui. En revanche, il peut jouer de mauvais tours à ceux qui l’ennuient. Sans arrière-pensées, il s’attache davantage aux animaux et aux idées qu’aux gens, qu’il trouvé décidément bien compliqués et peu enclins à la suivre dans ses aventures. Un peu égoïste, beaucoup trop refermé sur lui-même, il a peur en vérité de trop s’attacher et de souffrir ensuite.

Nathorod est à l’image de sa personnalité et de sa race. Sous sa forme originelle, il est un magnifique oiseau-tonnerre de taille respectable : un aigle avec une envergure de trois mètres, aux plumes couleur de l’or en fusion lorsque le soleil brille ou bleu-noir parcourues de reflets métalliques lorsqu’il fait nuit ou qu’il pleut. Ses grands yeux d’or orangé reflètent toute son intelligence et sa bonté. Son bec et ses serres sont néanmoins redoutablement acérées. Grâce à l'enseignement de sa défunte mère, il peut également prendre une forme humaine. Elle reflète bien sa façon de penser et de vivre. Il apparaît alors comme un jeune homme, au visage imberbe, aux cheveux blond-roux – jamais coiffés correctement -, au visage doux portant encore des traces de l’enfance. Ses yeux, tantôt rieurs tantôt mélancoliques, ont étonnement la teinte bleue de ciel d’été : la saison propice aux orages. Il penche la tête de côté lorsqu’il réfléchit. Son sourire un peu tordu est le plus sincère du monde. Sa haute silhouette, longue et dégingandée, est celle d’un adolescent ayant grandis trop vite. Il n’a pas l’air très habile ni très fort. Il est même très maladroit – aussi bien physiquement que socialement. Seules marques qui permet de l'identifier sous cette apparence : une touffe de plumes à la base de la nuque et autour des poignets. Il peut également être environné d'une aura électrique lorsqu'il perd son sang-froid.


Biographie
Il est difficile de rester proche de sa famille lorsqu’on vit aussi longtemps. J’en sais quelque chose ! Je m’appelle Nathorod et je suis un fils de la foudre. Plus précisément, un oiseau-tonnerre. Un nom très élégant, teinté d’une aura magnétique dangereuse, qui rappelle les anciens esprits de la nature pour les Amérindiens. Mais je ne suis pas que ça, loin de là ! J’ai déjà beaucoup vécu et, pourtant, j’ai toujours l’impression de ne rien savoir, de n’avoir rien vu du monde, d’avoir encore tant à découvrir… Une vie, même après un millénaire d’existence, ne me suffit pas. J’ai voyagé plus loin que je ne l’aurais imaginé lorsque je quittai le nid familial, rencontré des humains et des mortels comme on en voit peu, aimé et haïs au point que mon cœur a plusieurs fois risqué d’être brisé à jamais. Mais toujours, éternellement, je garderai vivace le souvenir de ma famille.

Nathorod.
Je fus le dernier à briser ma coquille. Nous étions trois oisillons dans ce nid au plus haut des montagnes, sous l’aride chaleur du soleil. Taima, mon frère, fut le premier à fracasser son œuf. Il a toujours été le plus combattif et turbulent de nous trois. Puis vint Nokomis, un subtil équilibre entre nous, la fureur des orages dans le sang mais le cœur plus pur que l’eau de pluie. Nous fûmes frappés ensemble du premier éclair très tôt. Nous étions des oiseaux-tonnerre, des rois des cieux. Nous étions destinés à susciter l’émerveillement, la peur et le respect à travers les espaces sauvages de notre vaste territoire.

Nous apprîmes à voler ensemble. A faire peur aux animaux sauvages. A alimenter d’éclairs les orages au-dessus des champs et des lacs. A jouer des tours pendables et des farces aux humains. A craindre de plus gros prédateurs. A jouer et découvrir le monde. Notre territoire s’étendait jusqu’aux rives salées de l’océan. J’avais peur, à l’époque, à l’ide de suivre une tempête trop loin, au point de me retrouver bloqué au-dessus de la mer sans possibilité de retour. Avec Taima et Nokomis à mes côtés, toute crainte s’envolait. La personnalité dominante du trio était incontestablement Taima. Mon frère est une forte tête : sa témérité l’entraînait toujours plus loin. Nokomis n’était pas en reste. Notre sœur avait beau posséder la douceur du flocon, elle aussi pouvait faire preuve d’audace lorsqu’elle le voulait. Je me sentais inexplicablement différent. Plus chétif à la naissance, j’étais aussi le plus jeune. La nature semblait me répondre lorsque je lui parlais. Je pouvais ressentir des choses que mon frère et ma sœur ne comprenaient pas. Il y avait quelque chose d’autre en moi qui ne demandait qu’à émerger.

Nous étions princes et princesses du Grand Ouest. Rien  ne nous résistait. Nous étions aussi naïfs que têtes-brûlées, aussi innocents que fous.

Kachina.
Mère avait toujours été la figure aimante, d’aussi loin que je me souvienne. Son nom signifiait « danseuse sacrée ». Elle nous avait couvés, éduqués, protégés pendant si longtemps ! Je ne peux pas penser à elle sans imaginer tout l’amour qu’elle nous portait, ni ignorer la tristesse que cause sa douloureuse absence. Elle aimait nous raconter des histoires. Elle volait avec tant de grâce et cette magie propre à notre race que je comprends maintenant pourquoi, avec le recul, beaucoup d’humains la considéraient comme une déesse bienveillante.

C’est elle qui nous apprit le secret de la métamorphose. Peu d’oiseaux-tonnerres s’intéressaient vraiment aux mortels qui nous vénéraient. Tout juste étaient-ils du bétail. Pas pour Kachina. Elle ne parlait pas beaucoup de son passé. Elle avait voyagé si loin et vu tant de choses… J’ai peine à y croire, même aujourd’hui. Un jour, insultée par un humain trop arrogant, elle l’a foudroyé. Mais l’homme a survécu. Ils ont alors parlé et échangé certains secrets. Kachina aurait selon la légende insufflé une forme de magie chez l’humain, donnant naissance au chamanisme tandis qu’elle-même avait appris à son contact à adopter une forme humaine.

Elle se fit un devoir de nous enseigner ce pouvoir, même à notre père. A évoluer ainsi parfois sous les traits d’un humain, nous apprenions à mieux les connaître, moins les moquer et davantage les apprécier. Notre mère prônait la tolérance. Elle dansait dans les tempêtes pour les hommes et femmes sur terre. C’est du moins ce qu’on racontait.

Ogima.
Père est très différent. Pour quiconque le rencontre pour la première fois, il représente le parfait spécimen d’oiseau-tonnerre. Orgueilleux, possessif, méfiant et sujet aux accès de colère. Il est puissant. Je l'enviais un peu, étant plus jeune. Je jalousais sa force et son endurance, ce dont semble avoir durablement hérité Taima. Son nom signifie « le chef » car il est le patriarche de notre famille. Il a toujours veillé sur nous. C’est un mythique au cœur de guerrier.

Nous avons appris à chasser auprès de lui. Il nous poussa très tôt à quitter le nid pour vivre notre vie. Bien que nous restions très proches, la fratrie se sépara. Chacun prit une route différente. Ce fut à cette époque que je pris conscience du pouvoir sommeillant en moi. Une force inconnue, une sensibilité que ni mes parents ni Taima et Nokomis ne possédaient, grondaient sous mes plumes. Je voulais apprendre à la contrôler. Je voulais devenir plus puissant, pour aider les humains, pour protéger ma famille. Et, surtout, je voulais savoir. Tout connaître de la Terre. Ce monde recelait tant de mystères ! Je désirais aller partout et tout faire.

Hélas, il y eut ce jour funeste du 28 janvier 1863. Le massacre de Bear River. Je m’étais peu à peu renseigné sur l’histoire de ce territoire où nous avions vécu la majeure partie de notre vie. J’avais rapidement compris que les mortels vivaient une époque compliquée. Bien que de la même espèce, ils se faisaient la guerre, se disputaient des idéaux différents, inventaient des divinités et des lois pour leur bon plaisir. Colons et natifs : où était la différence ? Je ne compris pas très bien ce qu’il se passa ce jour-là. La douleur m’égarait et je ne me renseignais que plus tard sur la nature de ces événements… Le colonel Connor attaqua un camp de la tribu Shoshone, laissant derrière lui environ 250 cadavres… Dont celui de Kachina.

Notre mère avait voulu les protéger. Et elle en était morte. Tuée par la folie des humains. Notre père entra dans une furie vengeresse. Il s’épuisa dans des tempêtes, faisant tomber la foudre, jusqu’à s’écrouler de fatigue et de chagrin. Je ne compris jamais très bien le geste de ces humains. Ils semblaient si fascinants ! Le fossé se creusa davantage entre eux et nous. Ogima prit alors la décision de quitter ce monde pour se rendre en Saol Eile. Là où ils pourraient vivre loin de cette vermine – ce sont ses mots. Nous partîmes donc pour le monde des mythiques.

Nokomis.
Notre sœur me manque. Terriblement. Peut-être plus que notre mère. Nokomis, la « fille de la lune ». Elle me comprenait mieux que personne, mieux que moi-même parfois. Elle était le ciment de la famille. Bien que nous ayons pris l’habitude de vivre chacun de notre côté, nous restions liés. Lorsque nous sommes arrivés dans le royaume de Sarovruivre, là où règnaient les vouivres d’ébène, nos chemins se sont à nouveau séparés. Taima et Nokomis ont aimés ce royaume qui exaltait des valeurs guerrières qui leur correspondait. Notre père participa activement aux conquêtes. Quant à moi, j’allais réaliser mon rêve.

Remarqué par un mage, celui-ci me fit miroiter la possibilité d’intégrer la prestigieuse académie de magie de Sarovruivre. J’acceptai sans hésiter. Les épreuves étaient dures, éprouvantes. Je pleurai de soulagement lorsque je fus officiellement admis. Je me fis peu d’amis à cette époque. J’étais bien trop occupé à engranger le savoir et à développer ma magie.

La guerre ne m’intéressait pas. J’étais triste de savoir que les mythiques et les humains avaient ce goût de la violence en commun. Pourtant, cette immense querelle de cités et de royaumes me rattrapa. Au plus fort de la grande guerre, notre famille connut une nouvelle perte. Nokomis. Ma belle et douce Nokomis. Ma sœur au cœur tendre et aux nerfs d’acier. Elle était morte. La perte fut d’autant plus lourde à assumer que notre père se mura dans le silence orgueilleux de qui rejette la faute sur le monde entier. Quant à Taima… Mon cher frère. Tu me manques aussi. Ou plutôt, l’époque de notre ancienne complicité me manque. Nous nous accusâmes chacun d’avoir provoqué le trépas de Nokomis. Son corps n’était pas encore froid que nous nous entre-déchirions déjà. Par mon absence et mon refus de les aider, je les avais condamnés à la défaite. Mais Taima aussi était responsable, à force de toujours vouloir courir après la gloire et les batailles.

C’en était fini de notre fraternité. Adieu Nokomis. Adieu innocence.

Taima.
Nous nous sommes tant éloignés, mon frère… J’avais depuis longtemps passé l’âge de me cacher dans ton ombre pour faire face à mes peurs. Même si nous étions destinés à vivre chacun notre vie, au gré des tempêtes et de nos envies, je regrette la distance entre nos cœurs. Impossible de ne plus penser aux morts en nous voyant. Impossible de ne pas rejouer le passé sans évoquer mère et Nokomis. Je te vis prendre ton envol, devenir peu à peu celui que tu étais destiné à être. Un éclair dans la vie des mythiques. Bientôt, tu serais l’idole sportive de Ta Suil.

Père aussi prit ses distances, en quelque sorte. Il se lança dans un projet fou, celui de monter sa propre entreprise. Intelligent et retors est notre père. Il déteste plus encore les humains depuis… Depuis la mort de sa compagne. Il fonda la Thunder Company : dédiée aux hautes technologies. Il s’installa à Ta Suil. La cité-état qui attirait tous les mythiques comme un phare dans la nuit. Je le suivis. J’avais décidé de cesser de me préoccuper du pardon d’autrui. Rien de ce que je ferais ne changerait les choses. Il fallait vivre avec nos choix, dorénavant.

Je suis retourné vers ce que je ne connaissais déjà : la magie. Je ne parvenais pas vraiment à ma spécialiser. Si la magie élémentaire m’attirait tout particulièrement, je sentais une résistance difficile à défaire. Mes dons innés interféraient dans mes pratiques. Je n’étais pas prêt. Je n’avais aucun diplôme en poche, ayant été obligé de fuir le royaume de Sarovruivre. Je survolai une fois ses ruines. L’école de magie n’étant plus, je vivais de petits boulots à Ta Suil. Je fus facteur, livreur, bibliothécaire, vendeur en tous genres… Et je m’ennuyais profondément. Taima devait sans doute s’épanouir quand moi je sombrais. La vie n’avait plus de saveur.

Shawen.
Et pourtant, enfin, vint la lumière au bout du tunnel. Je ne pus jamais rencontrer Kassandra lorsqu’elle s’installa quelques temps à Ta Suil. Ni aucun de ses Apprentis d’ailleurs. J’aurais tant aimé être parmi eux ! J’entendis néanmoins parler de la nouvelle école. L’Académie de magie de Ta Suil. Je filai ventre à terre m’inscrire aux épreuves d’admissibilité. Et je réussi ! J’avais réussi ! Me voilà de nouveau étudiant zélé en magie, apprenti patient et persévérant. A nouveau, je me fis peu d’amis véritables. Je vivais dans mon petit monde, consacrant entièrement mon temps aux études. Je voulais devenir meilleur, tout découvrir, déployer mon vrai pouvoir. Je voulais faire profiter le reste du monde de mon savoir et mes dons. C’était la chance de ma vie !

Puis vint la seconde lumière de ma vie. Je fus initié à la magie de soins et aux arts druidiques par la directrice elle-même. Shawen Cœur-de-Printemps. Son nom se suffit à lui-seul. Elle enseigne divinement bien. Elle ne parle pas : elle chante. Ses yeux posent sur le monde un regard tendre et émerveillé, bienveillant, empli de la clarté des astres. Je fus le plus attentif de ses élèves, sans aucun doute. Elle égaillait chaque journée de mauvais temps, chassait la morosité de mon cœur par sa simple présence. Oh, Shawen ! Pour toi, je parcourrais le monde pour t’en rapporter tous les trésors et tous les secrets.

Aujourd’hui encore, j’éprouve pour elle le plus grand des respects. Beaucoup d’affection, également. Ne nous mentons pas, la magnifique haute-elfe fait toujours vibrer mon âme comme personne. Je rougis à la pensée de la revoir ou de lui parler. Je ne suis pour elle qu’un étudiant parmi d’autres,  hélas. C’est grâce à elle que je parvins enfin à bout de mes études.

Je reçus mon diplôme peu après que la Grande Kassandra enfante le Rituel du Fertile Espoir. Je vis le Flux se créer, cette immense colonne de lumière déchirant le ciel. La Terre et Saol Eile étaient réunies. L’arrivée des humains sonna le glas de notre perdition. Nous allions pouvoir nous repeupler, nous reconstruire. J’avais hâte de revoir ces mortels après tant d’années ! Ils devaient avoir bien évolués depuis le temps. Je voulais tout savoir de leurs contrées, de leurs cultures, de leurs coutumes. A peine créer et opérationnelle, l’Agence matrimoniale me mit le grappin dessus. Nous, les oiseaux-tonnerres, sommes une espèce en voie de disparition. On me parla mariage, descendance, héritage… Mais je m’en fiche, moi, de tout ça ! Je veux savoir ce que les humains ont à nous apprendre de leur monde ! C’est tout.


Derrière l'écran ?
★ Pseudo : Persée
★ Âge : 23 ans
★ Comment avez-vous connu le forum ? TC de Lily Lux et Pearl
★ Code : (dans le règlement en 3 parties) OK by Ourania
★ Qui est la créatrice du Flux ? : OK by Ourania

_________________
" Aucun trésor ne vaut qu'on s'y attarde si on ne peut pas le partager ! "
Inside The Case - James Newton Howard
19.01.17 18:47
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.org/index.php
Âge IRL : 24
Messages : 60
Date d'inscription : 04/01/2017
Âge du Personnage : 1014 ans
Race : Oiseau-Tonnerre
En couple avec : J'ai pas tout compris...
Métier : Bibliothécaire à l'académie & mage de la nature
Multi-Compte : Lily Lux - Pearl - Xander Thrace
Actif ? : Oui
Oiseau-Tonnerre ****
Les oiseaux-tonnerre sont des mythiques originaires de la Terre. Ce sont des phénix dits amérindiens, une sous-espèce apparentée qui s’est acclimatée aux grands espaces sauvages du nord-ouest du continent américain. Ils étaient parmi les créatures les plus puissantes et les plus respectées du monde. On les vénérait comme des dieux, tantôt bienveillants et malicieux, tantôt implacables et cruels. Peu enclins à se montrer aux yeux des mortels, leur légende faisait d’autant plus frémir que leurs apparitions étaient rares mais inoubliables. On les disait porteurs de mort et de destruction, car la foudre et la grêle se produisaient dans leur sillage. Ils étaient aussi des protecteurs de la vie, car ils apportaient la pluie bienfaitrice et permettaient au cycle des saisons de se dérouler sans retard. Là s’arrête le mythe et ici commence la réalité.

Les oiseaux-tonnerres sont semblables à de grands aigles égalant facilement la taille de deux voire trois éléphants – en plus élégants – aux plumes réfléchissant la lumière. Celles-ci changent de couleur en fonction de la météo. Dorées voire rougeoyantes lorsque le soleil brille, d’un bleu sombre et argenté lorsque l’astre diurne disparaît à l’horizon, que cela soit à cause des nuages ou de la nuit qui tombe. Leurs immenses ailes peuvent produire un son assourdissant en battant de toutes leurs forces : c’est le tonnerre qui roule. Elles provoquent également la foudre. Des éclairs naissent à chaque battement d’ailes lorsqu’ils le désirent. Selon certains récits, ils pourraient commander aux nuages et à la pluie. Les plus vieux oiseaux-tonnerres s’en vantent parfois. Ils peuvent en effet des orages et des tempêtes mais dans un rayon limité et cela consomme énormément de leur énergie. Le bec aigu et crochu peut déchiqueter sans mal toutes sortes de proies. Les pattes annelées sont terminées par de longues serres acérées aussi tranchantes que l’acier. Leurs yeux vifs ont une acuité visuelle exceptionnelle et leur ouïe est inégalable. Leur longue queue peut évoquer le sillon des flammes dans le ciel lorsque ces mythiques volent à grande vitesse. Ils peuvent parcourir de très grandes distances en peu de peu de temps. Magnifiques et terribles à la fois, les oiseaux-tonnerres étaient pendant des millénaires parmi le panthéon des rois des cieux sauvages.

L'oiseau-tonnerre est aussi adulé pour sa vigueur, car il est capable de se laisser porter, en planant sur de longues distances, par les tempêtes. Cela leur permet également de se recharger en énergie électrique. On suppose qu'il est en mesure de dormir en volant à la manière des dauphins en n'utilisant que la moitié du cerveau pendant qu'il sommeille, cela expliquerait aussi en partie son immense appétit. Bien que capable d'une telle prouesse, il niche préférentiellement dans les montagnes et notamment au pied des cascades au moment de la reproduction. Le grondement constant de la cascade prépare notamment les nouveaux nés à vivre au cœur des tempêtes. Une fois éclos, ces derniers, par couvée de 2 à 4, sont emmenés dans un nid plus haut de la montagne pour y être frappés par leur premier éclair et pouvoir y grandir en toute sécurité. D'une nature solitaire, ils sont néanmoins capables de vivre en couples plusieurs années jusqu'à ce que les petits gagnent leur indépendance. C'est surtout pendant cette période que l'oiseau-tonnerre ne supporte guère la présence d'intrus et cherche à les éloigner en faisant gronder la montagne : technique consistant à battre des ailes très fort pour créer un écho retentissant contre les parois rocheuses.

La protection d’un oiseau-tonnerre valait tous les trésors d’armement et de sécurité possible à une époque. La bénédiction de l’un d’entre eux pouvait durer toute une vie humaine, pour autant qu’ils puissent s’attacher aux mortels. Malgré tout, ce sont aussi de grands voyageurs, des aventuriers. Réputés fiers, vaniteux et sujets aux accès de fureur, il ne fait pas bon contrarier l’un d’entre eux. Ces créatures regardent souvent le monde d’en haut – dans tous les sens du terme. Leur puissance a jadis fait des envieux et beaucoup des leurs sont aujourd’hui disparus. Leurs pouvoirs et leur orgueil ont précipité leur chute car, quand les humains ont cessé de les adorés et les ont progressivement oubliés, ils se sont bêtement laissés dépérir. Certains se sont entretués. D’autres ont été la proie de chasseurs avides. Les plumes d’oiseau-tonnerre sont très précieuses car si on en brûle une, elle ne se consume jamais entièrement et offre chaleur et lumière à qui la possède. Cela dure tout le temps que l’oiseau-tonnerre, auquel elle appartient, vivra. Ils ont une longévité exceptionnelle cependant, contrairement aux phénix, ils sont incapables de renaître.

Il reste très peu d’Oiseaux-Tonnerres encore en vie. A la vérité, ils ne sont plus que trois à l’heure actuelle, vivant sur Saol Eile. Trois mâles, un père et ses deux fils. Plus aucune femelle n’existe malheureusement. Aussi l’espèce est-elle condamnée à s’éteindre avec ses derniers représentants, sauf s’ils acceptent d’avoir une progéniture avec une humaine. Avec les civilisations changeantes et le nouveau mode de vie, les Oiseaux-Tonnerres ont dû apprendre à s’intégrer différemment. Ils ne sont plus des dieux. A l’heure actuelle, la dernière famille recensée d’oiseaux-tonnerre s’est installée dans la cité-état de Ta Suil.

_________________
" Aucun trésor ne vaut qu'on s'y attarde si on ne peut pas le partager ! "
Inside The Case - James Newton Howard
19.01.17 18:48
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Bienvenue à ce nouveau perso. ^^ J'ai hâte d'en voir plus sur les deux frères. =)

Par contre ta race ne peut pas avoir 4 étoiles sinon tu serai le seul de cette race de façon métajeu. Si tu as un frère, elle est forcément maximum 3 étoiles.
Invité
19.01.17 19:25
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Femelle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 33
Messages : 607
Date d'inscription : 18/07/2016
Âge du Personnage : 581 ans
Race : Draconide
Métier : Première Apprentie de Kassandra, mage dimensionnelle
Multi-Compte : Lukian
Actif ? : Oui^^
Coucou^^

Nope, la race est une 4 étoiles pour la simple raison qu'ils ne sont plus que trois, c'est donc une espèce très rare^^ Mais nous en accordons deux car les deux joueurs se sont justement mis d'accord avant de nous proposer tout ça^^
19.01.17 19:33
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Ok alors pas de soucis si c'est vu en amont avec la chef. =)
Invité
19.01.17 19:34
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
*Agite ses ponpons*
Allez frangin ! allez frangin ! */o/*
Team thunder en force !

Bon courage a toi ! ^^

*retourne a son dernier paragraphe de description* Razz
Invité
19.01.17 20:06
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Coucou, ce n'est pas une critique, mais si possible je voudrais que tu retires dans ta race l'adjectif Phoenix. En effet, la race existe déjà.

Donc pour moi et la cohérence de mon personnage Phoenix peux tu s'il te plait retirer cette appellation de ta fiche, pour ne pas mélanger les races puisque de base l'oiseau tonnerre n'est que le nom du phoenix dans la culture amérindienne. Sinon on va voir aussi le Minka et le Fenghuang apparaitre ? xD

Sans rire j'aurais juste aimé être mise au courant, si la race de base que j'ai créé ne plait pas je suis ouverte aux critiques. Mais bon faire une sous espèce de race déjà existante je trouve ça un peu étrange ?
Invité
19.01.17 23:28
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Elle voulait dire que c'est des cousins éloignés du phenix chez les amérindiens (la correction a faire est juste), mais ce n'est pas DU TOUT des phénix. Si ce sont des "aigles" tous les deux, ils n'ont pas du tout la même signification, rôles ou attributs. Il y a d'ailleurs d'autres aigles légendaires, comme le Roc.
Tu gardes l'entière authenticité du Phoenix je te rassure ^^

EDIT :

Je ne voulais pas faire un autre post pour ne pas faire de la fiche Nathorod un débat. Mais je voulais quand même réagir au post d'Infernus. Mis a part qu'ils soient tous deux de grands oiseaux, il n'y a PAS d'autres similitudes ... ou dites les moi, je sais pas x)
A ce moment là le pégase est une sous espèce de la licorne !

Et même avec celle unique similitude, je tiens a précisé que, originellement parlant, le phénix tient plus du héron d'égypte et le thunderbird des rapaces d’Amériques. D'autant plus que ... le thunderbird faisant parti de la culture d’Amérique et qu'il n'y a pas eu de relation culturelle entre la préhistoire jusqu'à l'age des vikings (et encore ce n'est que dans la partie extrême nord vers le Groenland ...) et que la culture amérindienne datant de bien avant d'avant l'an 0 ... Il n'y AUCUN lien ou relation possible entre ces deux créatures légendaires.

Après c'est votre forum, mais je tenais a ce que cela soit dit :3
Invité
19.01.17 23:43
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Autre
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org
Âge IRL : 26
Messages : 139
Date d'inscription : 30/10/2016
Âge du Personnage : 122 ans.
Race : Doppelgänger.
Métier : Agent "sous couverture" de l'Agence.
Multi-Compte : Xiang ▬ Caesar ▬ Farah ▬ Cyriel ▬ Uryuu
Actif ? : Yep ♥
Ourania interviendra demain car je pense qu'il y a eut une grande incompréhension de ce qu'est "une sous-espèce" sur Saol Eile. :/

Je confirme que, comme Ourania l'avait dit, de par ses similitudes importantes avec le Phoenix, l'Oiseau-Tonnerre est une sous-espèce du Phoenix.
Pour le reste, je laisserai cette-dernière intervenir.
20.01.17 1:24
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Femelle
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.org/index.php
Âge IRL : 24
Messages : 161
Date d'inscription : 10/11/2016
Âge du Personnage : 180 ans
Race : Croquemitaine
En couple avec : Veuve (libertine)
Métier : Professeure d'arts martiaux & propriétaire de la Forge des Héros
Multi-Compte : Lily Lux - Nathorod - Xander Thrace
Actif ? : Oui
Si ça pose problème, j'enlève cette phrase. Je ne veux pas faire de vague. Je cherchais juste une cohérence possible dans les mythes car j'apprécie beaucoup le travail de chacun. Ce détail n'a d'ailleurs aucune incidence ni sur la race des Oiseaux-Tonnerres ni des Phoenix, donc on peut parfaitement s'en passer !

La race des Phoenix est très bien et intéressante comme elle est. Je respecte le travail d'autrui. Je ne veux pas créer de problème, seulement m'amuser avec vous ^^

_________________
" As-tu peur du noir, jeune héros ? "
Dark Night - The Blasters
20.01.17 11:03
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saol-eile.org
Messages : 634
Date d'inscription : 14/07/2016
Bon, je prend le relais.

Alors je ferais un édito sur ce qu'est une sous-espèce et la pertinence de cette démarche sur Saol Eile.

Bon pour revenir à l'espèce, les similitudes présentées en font une sous-espèce du phénix, chose qui fut rajouté à ma demande en première lecture.

Maintenant concernant l'espèce, un certain nombres de modifications sur leurs pouvoirs sont effectivement à faire pour les rendre plus au niveau.

Tout d'abord, il faut compter que leurs pouvoirs ne sont pas si puissants que le disent les légendes (encore une fois bien marquer les différences qu'il existe entre les légendes humaines et la réalité de Saol Eile). Les oiseaux-tonnerres peuvent effectivement générer de l’électricité et pour les plus vieux, appeler de simples orages mais dans un rayon très limités. (capacités gourmande en énergie)

Après, je leur accepte comme particularité de suivre les orages qui serait pour eux un moyen de se recharger en énergie en absorbant la foudre, ce qui serait logiquement leur seul moyen de rester sur de longues périodes en vol sans se reposer.

Après, oui, il faudrait ne pas oublier qu'ils sont très loin d'êtres les seuls oiseaux qui furent vénérés ^^
20.01.17 11:08
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.org/index.php
Âge IRL : 24
Messages : 60
Date d'inscription : 04/01/2017
Âge du Personnage : 1014 ans
Race : Oiseau-Tonnerre
En couple avec : J'ai pas tout compris...
Métier : Bibliothécaire à l'académie & mage de la nature
Multi-Compte : Lily Lux - Pearl - Xander Thrace
Actif ? : Oui
Bien noté !
A force de suivre le mythe tel quel, on a un peu exagéré xD
Je modifie tout ça dans la journée !

EDIT : C'est fait ! J'ai nuancé leurs pouvoirs pour bien montrer qu'il s'agissait davantage de ce qu'on racontait d'eux. Ça fait partie de leur légende et ils peuvent toujours s'en vanter mais ils ne sont pas aussi démesurément puissants qu'ils voudraient bien le croire Wink
A voir l'avis de Taima là-dessus !

J'ai posté une petite chrono aussi pour mon histoire : c'est en cours de rédaction !

EDIT bis : Fiche terminée ^^

_________________
" Aucun trésor ne vaut qu'on s'y attarde si on ne peut pas le partager ! "
Inside The Case - James Newton Howard
26.01.17 17:55
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saol-eile.org
Messages : 634
Date d'inscription : 14/07/2016
Fiche Validée
Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Saol Eile et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants. Nous te demanderons aussi d'aller recenser ton Métier cela serait pratique. Si ce n'est pas ton premier personnage parmi nous, merci de nous le signaler dans le Registre des Multiples Personnalités.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer. Notamment, tes autres comptes si tu en as, tes périodes d'absence, l'âge et autres petites informations utiles rapidement aux joueurs, et qui concernent ton personnage !
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup Embarassed ...

Sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! A noter que les modèles proposés de codage ne sont pas obligatoires, si tu veux faire autrement : tu peux -_^
Nous avons aussi le Centre de Messagerie pour les rps de type "épistolaires/mail/sms". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage Wink

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, demander des lieux, trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration...etc.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.

Le staff te souhaite la bienvenue !
26.01.17 19:26
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saol Eile :: Le Controle Identitaire :: Présentations :: Mythiques validés-
Sauter vers: