Flesh And Bone || Dvir [terminée]

 :: Le Controle Identitaire :: Présentations :: Mythiques validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur http://short-edition.com/fr/auteur/justine-lortal
Âge IRL : 24
Messages : 114
Date d'inscription : 03/09/2017
Âge du Personnage : 1031 ans
Race : Draconide
En couple avec : Père veuf
Métier : Mage des énergies telluriques, Sous-Directeur de l'Académie de Magie & Professeur d'histoire de la magie
Multi-Compte : Sanggyae M. Wangchuck - Lagertha Marten - Nature
Identité Générale
★ Nom : Mailstrom
★ Prénom : Dvir
★ Année de Naissance : 985
★ Âge : 1031 ans

★ Race : Draconide
★ Métier : Mage des énergies telluriques, Sous-Directeur de l'académie de magie et professeur de l'histoire de la magie


Physiologie & Psychologie
Sa peau est d’un joli caramel, faisant ressortir à merveille ses yeux longilignes d’un doré parfois scintillant, parfois terne. Il possède des yeux de biche, proches de ceux d’une femme, étirés en pointe fine, habillés de longs cils, deux grands yeux perçants. Ses cheveux bruns cachent parfois son regard perçant et si simple à la fois.

Ils ondulent et rebiquent jusque dans sa nuque, se terminant en un rubis étrange. Mais qu’est-ce qu’étrangeté sur Saol Eile si ce n’est le résultat d'humains venus sur cette planète ? Etant draconide, cette mince couleur rouge représente sa particularité, autant que les cornes écailleuses sur son crâne. Ces dernières sont pourpres, lui donnant un air menaçant. Il les ponce afin qu'elles ne prennent trop d'envergure au risque d'encorner quelqu'un ou un mur.

Son visage plutôt affiné plaît aux deux genres, et il faut dire qu’au temps du royaume de Sarovuivre, Dvir savait se mettre en valeur. Les sourires faisaient rayonner son visage et ses yeux, alors bruns, saupoudrés de malice. Il ne reste guère que quelques poussières à ce propos. Son cou, long, se pose sur deux épaules plutôt bien bâties, et sur un corps partagé entre finesse et musculature. Dvir est d’ailleurs de taille moyenne pour un homme, mesurant le mètre quatre-vingt-deux, pour un poids variant selon son travail et son inconscient.

Les cicatrices ornent son corps, à vrai dire. Elles sont discrètes, la magie permettant de les effacer au mieux. Et malgré tout, elles sont bien là, toujours, quoiqu’il arrive, se partageant avec les écailles sombres ornant son dos, le bas de de ses mâchoires et son cou. Ce dernier d'ailleurs, est sensible au moindre contact, autant que certains morceaux de sa personne. Son grave accident rend d'ailleurs visible les dommages qui avaient eu lieu ; une cicatrice se cache dans le côté gauche de ses cheveux, et sa peau est plus claire sur une étendue importante du côté droit de son épiderme, telles des tâches incandescentes ne disparaissant guère.

Un tatouage orne son bras droit et son dos, fusionnant avec ses écailles dorsales, souvenir de son ancien lui ; un serpent, ou dragon, qui semble dévorer goulûment sa peau. Cette dernière est très sensible aux caresses et à la chaleur. Tel un chat, il aime la chaleur autant que les bains chauds, se prélasser dans le confort.



Il était brave, curieux, têtu, dominant, et toujours d’humeur à sourire. Il était intelligent, un brin calculateur, fier et juste. Il était séducteur, amant de l’heure, suave et empathique. Dvir était bien des choses, mais il est devenu docile. Il était un soleil brûlant, il est devenu étoile morte.

Les pages de son livre ont été arrachées, semble-t-il. Il ne reste qu’un mythique  plutôt silencieux, d'un calme olympien, et très observateur. Ici, Dvir n’est qu’un professeur pour beaucoup, un handicapé sentimental. On le pense simplet, à force de ne guère parler, à force de toutes ses maladresses - à se taper les vitres ou glisser sur une peau de banane. Il s’adapte aux situations, il répond aux questions, et il écoute, encore et toujours. Il ne semble pas même curieux de sa mémoire disparue, on se demande même si parfois sa conscience n’en a pas été supprimée. Il est devenu ce garçon appréciant les bons bains chauds et les caresses sur ses cornes ou son ventre.

Oh, il n’est guère une enveloppe vide, il est seulement difficile de percer son regard inflexible, et il lui si seulement facile de paraître clos à toute existence, toute sentence. Mais, son regard agace, perçant, fixe, semblant lire sans traduire, sans juger. Il ne dit rien, mais on sait qu’il pense, on sait qu’il observe. Neutre. Si certains ragent de son comportement antipathique, d'autres s'en attristent. Parfaite murène endormie et aux yeux grands ouverts, toujours, quoi qu’il arrive. On ne se méfie pas de Dvir, car il n’y a rien à se méfier chez lui.

Je m’en foutisme serait certainement le terme adéquat. Pourtant, Dvir ne l’est tant que cela ; il ressent tristesse des autres comme désespoir. Il est antipathique avec lui-même, pas avec les autres. C'est comme s'il y avait un voile épais entre lui et ses sentiments. Ça, il l'a bien cherché. Il a appris à accepter sa condition car il n’y avait rien d’autre. Alors il se pose, là, tout contre toi, il te sert la main comme s’il comprenait tes larmes et ta frustration. Il t’observe. Toujours. Et on imagine la compassion dans ses grands yeux jaunes.

Il fronce les sourcils, il sourit, il copie ce qu’il voit pour mieux réapprendre du monde, des humains. Il a gardé une tendresse terrible pour sa fille, autant qu'un savoir sur la magie et sur ses règles très utiles à l'Académie. Parfois, quelques traits de son ancien lui reviennent à la surface, tels des pics d'adrénaline, qu'on ne comprends guère, puis ils disparaissent, aussi rapidement qu'ils sont apparus. Dvir est devenu une entité présente, et absente dans un même temps. On l’ignore, on le remarque selon son propre choix. On ne se dérange plus de son regard qui fixe, toujours et encore. Dvir est transparent.

Il dit des choses si pertinentes parfois, il pose des questions sans suspicion. Il parle du passé avec tant de précision, mais d'une justesse incompréhensible, comme son point de vue philosophie. Car Dvir est aussi un philosophe à ses heures. Il se retrouve parfois dans des situations dérangeantes sans le faire exprès. Tel un enfant. Mais on ne lui en veut pas, à Dvir, il est si ignorant, si docile, si adorable, si translucide. Il est aussi énigmatique qu’invraisemblablement simple. On lui demande bien comment il ne peut ni pleurer, ni hurler de son sort. Il nous répond d’un mince sourire plein de malice. Une malice de son ancien lui. Car Dvir n'a tant oublié que cela, il est juste un très bon menteur. Il a choisi la solution de facilité, pour éviter de souffrir.


Biographie
Dvir est né sous le régime des Sarovuivre. Le pays était déjà en pleine expansion lorsque son père porta son fils unique dans ses bras. Dvir fut l’aîné de sa famille, à cet instant, deux frères et une sœur le suivirent.

Il fut élevé et éduqué dans le bon sens et les valeurs de cet ancien royaume. Son père, propriétaire d’un territoire offert par les Sarovuivre pour ses bonnes actions, était un grand draconide à cette époque. Quant à sa mère, eh bien… Il ne s’était jamais attaché à cette femme qui se taisait sous le pouvoir de son mari.

L’erreur de ce père fut certainement de demander à un grand philosophe du gouvernement de faire le début de son éducation. Ce Long avait vu bien des choses, avant de mourir durant la guerre. Le géniteur de Dvir cherchait à remplir le crâne de son fils de propagande inconsciente. Et si ce dernier fut doté d’une loyauté terrible pour le royaume de Sarovuivre, ce philosophe instituteur lui apprit la bienfaisance du recul sur les choses, de la raison et de l’ironie de l’âge.

Le vieux écailleux fut d’ailleurs le premier à remarquer le penchant magique de Dvir, et à lui inculquer le désir de le contrôler. Jeune adulte, sa voix avait plus de facilité à se faire entendre que celle de son paternel. Il chercha à le mettre en garde, et à le pousser à passer l’examen de l’académie royale de Sarovuivre.

Seulement Dvir tenait plus à déployer ses propres ailes, à fuir ce père strict qui lui criait de choisir cette option, de ce Long qui murmurait de toujours réfléchir avant d’agir et de cette mère trop stupide pour tout comprendre… Seul, il partit pour visiter ce monde, des documents sous le bras, à glisser dans les bibliothèques. Il lisait ce que les mythiques racontaient du monde humain, pour ne pas se fier qu’à ce père et ses dires.

Sa vie se résuma à voyager, bien longtemps. Il rencontra sa femme draconide dans une tribu de sa propre espèce, cherchant au mieux à éviter les problèmes de ce monde. A son contraire, la demoiselle réfléchissait bien avant d’agir. Comme lui, elle possédait une philosophie et un chemin de pensée peu apprécier par sa famille.

Pour tout avouer, Dvir eut le coup de foudre pour cette dame. Il ne se laissa aller aux plaisirs à deux jusqu’à l’avoir complètement charmée. C’était la passion des débuts, la beauté de l’instant. Dieu ! Il se rappellerait toujours de cette gifle monstrueuse qu’elle lui avait envoyée après une boutade. Elle était fière, oui, de cette fierté brillante qui attiraient tous les oiseaux. Cependant, Sasyr était déjà sous son charme, il la maria après cent ans de vie commune.

Elle était sa perle rare, cette Sasyr, avec ses longs cheveux clairs et ses cornes d’un blanc immaculé. Mais lorsque son père mourut, les terres revinrent à Dvir, et il ne pouvait décidément pas laisser sa famille, quand bien même il s’en fichait, seule dans cette expansion guerrière. Sa femme lui mit un coup de pied au cul, lui rappelant la loyauté instaurée par son géniteur, mais aussi la philosophie de cet instituteur. Les années passent, et les remords restent. Autant éviter cette possibilité.

Retrouvant le vieux saurien, il finit par accepter d’aller à l’Académie Royale de Sarovuivre. Il rata les deux premiers tests, et passa le troisième. Il apprit à manier sa magie, celle des énergies telluriques. Les cours étaient individuels, et très spécifiques. Dvir maniait une magie complexe, désorganisée et remplie de lois physiques aussi ennuyantes qu’opposées. Si certains pouvaient ressentir leur magie au bout d’un certain temps et la manier correctement, celle de Dvir tenait du calcul précis, du mouvement de doigt au millimètre près et de la connaissance de ce qui était en dessous de nous. La moindre erreur pouvait être grave pour lui comme les personnes autour. C’était pour Sasyr qu’il faisait tout cela, quand bien même il se laissait aller à des ébats avec d’autres étudiants.

Sa magie était si difficile, qu’il passa environ deux cent ans à l’étudier et l’expérimenter. Même aujourd’hui, sans l’utiliser, Dvir étudie son champ de spécificité. Devenu mage confirmé, la famille royale de Sarovuivre le mobilisa pour aider à la construction de leur empire. Il ne pouvait pas refuser, et sans le Long décédé de vieillesse, il était perdu. Alors Dvir se disait qu’il n’avait pas le choix : la trahison mènerait à la mort, il ne risquerait ni celle de Sasyr ni celle de sa vieille mère.

Mage de guerre, le pays construisit une base solide de conquêtes, Dvir fut ensuite nommé à la recherche afin d’aider à l’expansion, et à gérer cette guerre froide qui commençait avec la Cité-Etat. Au fond, il n’avait jamais le temps de voir Sasyr, et elle n’avait pas le temps non plus de lui faire entendre raison.

Il était couard, et il créait pour tuer autrui afin de n’être tuer lui-même, ni Sasyr. Ce fut en 1941 que Dvir se rendit compte de sa stupidité, et qu’il regretta la plus ignoble de ses erreurs. Sa magie et ses connaissances permettaient bien des exploits avec les armes humaines. Alors il créait, encore et toujours, il créait pour massacrer. Pour Sasyr, se disait-il. Pour Sasyr, se mentait-il.

La bombe créée avec l’aide des autres chercheurs, était constituée d’un prototype d’une bombe H venue du monde humain, et de la pure magie de Saol Eile. La puissance de son souffle draconide y avait été ajoutée autant que le résultat d’une manipulation des énergies telluriques qui avait été mise en place après des années d’études et d’hypothèses. Enfin, elle était là. Son centre d’un bleu tremblant rappelait l’océan, et sa carcasse d’acier cabossée faussait cet aspect d’innocence.

Dvir était assis, morne, mort de l’intérieur. Le prix d’un tel monstre avait été la vie des chercheurs qu’il avait côtoyé, ainsi qu’une moitié de lui. Il avait oublié la vicieuse règle de la magie ; rien n’est gratuit. Dvir ne ressentait qu’à moitié, comme si un voile le séparait de lui-même, il ressentait le début de la tristesse, sans la finir. Il ressentait la joie de revoir Sasyr et ses larmes, sans pleinement en jouir. Il était comme dans un rêve. Et la famille royale était satisfaite : ils avaient ce qu’ils voulaient.

Sa femme lui disait que cette épreuve pouvait être surpassée. Ils étaient toujours ensembles, malgré les années, la monotonie, les tromperies et les mensonges. Et Dvir lui proposa de partir : je t’aime mais sans t’aimer, lui dit-il. Elle resta, elle aurait mieux fait de fuir. Dvir n'était plus le draconide qu'elle avait connu et aimé.

La bombe fut lancée autant que le conflit. Quant à Dvir, il se promit de ne plus utiliser sa magie. Il vivrait avec ce regret ignoble, même sans le pleurer… Le draconide ne pouvait pourtant pas fuir son poste. Et il continua de créer, toujours insufflé par cette cendre qu’était la protection de la femme qu’il aimait.

L’empire détruit, Dvir choisit de ne plus créer d’armes et de fuir la capitale reptilienne. Il courba l’échine aisément sous le pouvoir de Kassandra et de ses apprentis. En 1951, l’Académie fut créée par Shawen Cœur-de-printemps. Sasyr, depuis la paix apportée par l’Enchanteresse, était devenue une amie proche de la haute elfe, et elle parla de son mari, de ses connaissances, de ses erreurs. Car Sasyr ne voulait pas le perdre, ce bout d’écailles à la dérive, qui l’observait sans la voir.
Il suivit le conseil de sa dame, et proposa de devenir professeur de magie et de son histoire. Dvir se prit à croire que peut-être, cela aiderait les étudiants à ne faire la même erreur que lui. A côté, il étudiait sa magie, encore et toujours.

Leur fille arriva au monde en 2004. Quatre ans après le retour de Kassandra, qui eut la grâce de ne pas le juger pour ses erreurs. Le karma eut plus raison de lui. Il était heureux de la naissance d’Arya, elle avait les yeux de sa mère, et commença même à prendre de son caractère. Seulement il se sentait plus étranger que père. Car depuis qu’il ne possédait qu’une moitié de lui, il y avait autour de Dvir une absence d’odeur, une absence de quelque chose de dérangeant.

Arya pleurait dans ses bras bébé, Arya ne venait jamais jouer avec lui. Mais Arya l’aimait et était aussi curieuse que lui. Alors quand il pouvait, il nourrissait cette faim de connaissance, pour être un peu plus proche de sa fille. S'il ne pouvait par le cœur, il le ferait par l'esprit.

Ce fut en 2010 que l’incident arriva. Tandis que Kassandra donnait sa vie pour le rituel, Arya avait été trop curieuse, et elle voulait le montrer à son père. En cachette, la petite avait trouvé un des livres de magie que son père avait écrit. Des données poussiéreuses qui, mal utilisées, s’avéraient dangereuses.

La maison explosa, sous le sourire d’Arya qui ne pensait pas. Sa génitrice, voyant sa fille commencer à créer quelque chose d’instable se jeta sur elle pour l’en empêcher. Et Dvir observa, persuadé que de toute manière, ils mourraient par cet accident, à trois.

Arya avait tué sa mère, et cela lui resterait en tête à jamais. Arya vit son père dans le coma, par sa faute. Dvir, lui, oublia une partie de son existence, une énorme de ce qu’il feignait. La vérité était qu’il ne voulait pas en parler, il ne voulait plus penser, il voulait oublier. Sasyr n’était plus là, autant que le souvenir de cette première gifle, de leur premier baiser et de certaines de ses remontrances. La naissance d’Arya fut supprimée. Et il mentit sur la perte de beaucoup de souvenirs.

Arya qui était prise en charge jusqu’au complet rétablissement de son père par la haute-elfe, revint sous la responsabilité de son père. Dvir aimait sa fille, même qu’à moitié, cependant il n’avait jamais su y faire avec cette enfant. Et la perte de sa mère les avait heurté tous les deux, sans qu’ils n’en parlassent vraiment. Elle le fuyait, tel un chat sauvage, lorsqu’ils étaient tous les deux. Et Dvir se demandait même si elle ne sentait pas ce mensonge égoïste qu’il offrait à chacun.

Dvir a reprit son travail de professeur à l’Académie et de sous-directeur. Depuis l’incident, discrètement et de plus en plus fréquemment, il laisse sa fille à des amis, pour mieux consommer des drogues dures. Car ne respirer qu’à moitié, cela devenait douloureux, poussiéreux. Il avait besoin du rappel du regret, du souvenir de sa vivacité. Drogué, il pleure toutes les larmes de son corps. Mais au moins, il ressent un peu plus sa tendresse pour sa fille, le visage de Sasyr, sa propre existence et sa haine de lui-même.

Le draconide se faisait vieux désormais, et sa raison lui murmurait quelque chose d’important : Arya avait besoin de quelqu’un, et Dvir ne se sentait capable de répondre à ce poste. Car il l’aimait, sa fille, mais sans l’aimer.


Derrière l'écran ?
★ Pseudo : Jabby
★ Âge : 23 ans o/
★ Comment avez-vous connu le forum ? Je suis déjà dessus, j'ai craqué TT
★ Code : On est là pour s'amuser !
★ Qui est la créatrice du Flux ? : Ourania

_________________


Dvir vous sourit en #0033cc.
Pour plus d'informations sur sa fille Arya, cliquez ici
03.09.17 11:30
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Femelle
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.org/index.php
Âge IRL : 24
Messages : 192
Date d'inscription : 31/08/2016
Âge du Personnage : 532 ans
Race : Licorne
En couple avec : Celui ou celle qui la méritera
Métier : Domestique (femme de chambre de M. Wangchuck) & Princesse
Multi-Compte : Pearl - Nathorod - Xander Thrace
Actif ? : Oui
Re(rere)bienvenue !
Tu as craquéééééé ! Il nous faudra un lien avec Nathorod, m'sieur le draconide ^^
Bon courage pour l'écriture de ta fiche ♥

_________________
" Il ne peut y avoir de lumière sans ténèbres. "
The Dress Waltz - Jerry Goldsmith
03.09.17 11:46
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Femelle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 30
Messages : 208
Date d'inscription : 29/08/2017
Âge du Personnage : 73 ans
Race : Sirène
En couple avec : -
Métier : Prostituée à "La Petite Sirène"
Multi-Compte : Niam Eo - Kanitha Phal
Actif ? : oui
Un DC qui promet ! J'ai hâte de lire son histoire !

_________________
Spoiler:
 
03.09.17 12:47
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Femelle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 30
Messages : 151
Date d'inscription : 28/08/2017
Âge du Personnage : 400 ans
Race : Vampire
En couple avec : celui qui saura capter mon attention~~
Métier :  Chirurgienne
Multi-Compte : Je vais craquer.... XD
Actif ? : Oui
*ç* *bave*

Bon courage pour ton histoire beau dragonnet I love you
03.09.17 17:33
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur http://short-edition.com/fr/auteur/justine-lortal
Âge IRL : 24
Messages : 114
Date d'inscription : 03/09/2017
Âge du Personnage : 1031 ans
Race : Draconide
En couple avec : Père veuf
Métier : Mage des énergies telluriques, Sous-Directeur de l'Académie de Magie & Professeur d'histoire de la magie
Multi-Compte : Sanggyae M. Wangchuck - Lagertha Marten - Nature
Merci à vous trois pour votre intérêt et vos encouragements ! (l)

J'ai fini ma fiche, l'histoire n'est pas grandiose mais je voulais la faire en une seule fois !


_________________


Dvir vous sourit en #0033cc.
Pour plus d'informations sur sa fille Arya, cliquez ici
05.09.17 10:53
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org
Âge IRL : 26
Messages : 363
Date d'inscription : 22/07/2016
Âge du Personnage : Quelques Millénaires ?
Race : Je suis un Dragon de type "Long".
En couple avec : Personne.
Métier : Représentant de l'Ombre.
Multi-Compte : Caesar ▬ Inferus ▬ Farah ▬ Cyriel
Actif ? : Off course ;)
Hello ♥️

La manitou "Ourania" m'a donné le feu vert donc :

Fiche Validée
Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Saol Eile et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants. Nous te demanderons aussi d'aller recenser ton Métier cela serait pratique. Si ce n'est pas ton premier personnage parmi nous, merci de nous le signaler dans le Registre des Multiples Personnalités.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer. Notamment, tes autres comptes si tu en as, tes périodes d'absence, l'âge et autres petites informations utiles rapidement aux joueurs, et qui concernent ton personnage !
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup Embarassed ...

Sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! A noter que les modèles proposés de codage ne sont pas obligatoires, si tu veux faire autrement : tu peux -_^
Nous avons aussi le Centre de Messagerie pour les rps de type "épistolaires/mail/sms". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage Wink

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, demander des lieux, trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration...etc.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.

Le staff te souhaite la bienvenue !
05.09.17 18:53
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saol Eile :: Le Controle Identitaire :: Présentations :: Mythiques validés-
Sauter vers: