Celeas Alsandair

 :: Le Controle Identitaire :: Présentations :: Mythiques validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 36
Messages : 140
Date d'inscription : 16/09/2017
Âge du Personnage : 156
Race : Lycan
En couple avec : Personne
Métier : Agent de police
Multi-Compte : Samantha Fury, Orobas
Actif ? : Oui
Identité Générale
★ Nom : Alsandair
★ Prénom : Celeas
★ Année de Naissance : 1860.
★ Âge : 156 ans

★ Race : Lycan
★ Métier :


Physiologie & Psychologie

Sous sa forme humaine, Celeas est plutôt grand, il mesure un mètre quatre-vingt-dix. Niveau vestimentaire, il porte généralement une chemise, dont les deux boutons du haut sont détachés, laissant voir un petit carré de peau pâle et parfaitement lisse. Il dissimule en fait une musculature bien dessinée qui trahie la pratique régulière d'activités physique pour palier à un certain manque de puissance malgré ses origines. Il ne se mettra jamais en short ou bermuda, préférant un pantalon de toile ou un jean foncé duquel dépasse une longue queue à la fourrure blanche parsemée par endroit de reflets argentés.
Son visage est encadré par une chevelure tirant sur le chatain toujours en bataille et sa coupe donne l'air d'avoir besoin d'un large rafraichissement, dissimulant en grande partie ses oreilles de loup qu'il garde quelle que soit sa forme. Ses yeux en amandes sont d'un bleu profond irisé de pailettes tirant sur le blanc, entouré d'un cercle noir, qui laisse entrevoir une maturité plus avancée que le reste de sa personne. Ses lèvres sont bien dessinées, légèrement affaissées, lui donnant un petit air boudeur lorsqu'il est concentré ou ne sourit pas. Son nez est droit, parfaitement proportionné au reste du visage qui ajoute encore à son petit air juvénile. Son sourire pourrait presque être parfait lorsqu'il se décide à le montrer s'il n'y avait ses canines bien plus longue qu'à la normale.

Sous sa forme réelle, Celeas mesure près de deux mètres. Comme ses congénères, il est plus imposant qu'un humain mais ne le sera pas autant que la plupart des lycans. Il peut même être qualifié de petit en comparaison. Son corps est recouvert d'une fourrure blanche où la lumière se reflète en prenant une teinte argenté. Là encore, il a une musculature bien développée mais moins imposante que beaucoup de sa race. Le contraste de ses yeux d'une bleu profond avec son pelage blanc est étonnant. Lorsqu'il ouvre la gueule, il dévoile des crocs de six bons centimètres de longueur. Ses longues griffes ne sont pas là pour faire décoration et il sait s'en servir lorsque cela s'avère nécessaire avec une célérité impressionnante. Il palie son manque de puissance par sa capacité à rester sous sa forme humaine plus longtemps que la plupart des autres lycans de son âge.

Le caractère de Celeas est relativement calme dans l'ensemble, même s'il peut se montrer ombrageux lorsque les souvenirs l'assaillent. Il a toujours un mot aimable pour les personnes qu'il croise et apprécie lors de ses balades dans les rues. Fier de son métier d'agent des forces de l'ordre, il ne le cache pas à moins d'avoir une très bonne raison. Il peut se montrer parfois tatillon sur certains points et bien plus laxiste sur d'autres. Quoi qu'il en soit il essaie toujours d'avoir le fin mot d'une histoire avant de prendre une décision sur l'affaire en question. Que ce soit dans sa vie personnelle ou professionnelle n'y change rien. Parfois susceptible sur certains sujets, il se montrera plus sec lorsqu'il est contrarié, regrettant aussitôt son ton. N'étant pas du genre à s'excuser explicitement, il fera en sorte que son interlocuteur le comprenne de lui même et passera à autre chose. Sa capacité à garder sa forme humaine près de quatre heures le fatigue beaucoup et le rend irritable sur la dernière heure. Il retrouvera donc sa forme première avec un grand soulagement. Amoureux inconditionnel de la nature, il s'octroiera le plus possible de moment en son sein.
Dans le domaine du privé, Celeas est quelqu'un de plutôt discret et réservé. Il n'as pas pour habitude de crier sur tous les toits ses ressentis, pas plus qu'il ne les dit tout bas d'ailleurs. Il n'aime pas se retrouver dans des endroits fermés bondé de monde, même s'il ne fait plus de crises de panique, il n'en reste pas moins allergique aux rassemblement dans des salles. Lorsqu'il apprend ce que l'Agence met en place, il est soulagé. L'extinction d'un peuple n'est jamais agréable et encore moins lorsque ceux ci font partis de vos rares amis. Il se montre donc plutôt favorable à ce qui est entrepris même s'il n'envisage pas, pour le moment du moins, devenir parent.


Biographie
Année 1860, alors que l'hiver commence à laisser la place au printemps et au renouveau qui va avec, mes yeux s'ouvrent à la vie et je pousse mon premier cri. La pièce est loin d'être silencieuse, mon frère plus vieux que moi de quelques minutes s'en donne à coeur joie lui aussi. Il est aussi noir que je suis blanc, aussi costaud que je suis chétif. Plus opposé l'un que l'autre dans une fratrie, je crois qu'on n'aurait pas pu le faire volontairement. Notre venue au monde est une bénédiction pour mes parents, leurs premiers enfants ensemble, même s'il ne s'attendaient pas à en avoir deux d'un coup. Peu importe, ils ne s'en plaignent pas et sont même deux fois plus heureux. Ce couple de lycan fait partie d'un tout petit clan qui ne compte pas plus d'une dizaine d'individus. Ils viennent à peine de s'installer par ici. Nous sommes, mon frère et moi, les deux premiers nés en ce nouveau territoire choisi sur Saol Eile.

Les années passent et le clan s'agrandit peu à peu. Mon père nous raconte souvent des histoires concernant les hommes en Irlande, le pays d'origine de notre clan dans le monde des humains. Ils nous explique que les hommes sont devenus trop envahissants et que des ignorants ont fait courir des histoires à faire frémir les esprits des jeunes enfants et leur ôtant l'envie de venir s'approcher de nous et nous chassant même, causant ainsi l'extinction presque totale de notre clan. Pourquoi nous diabolisent ils ? Je l'ignore mais les anciens ont décidé de partir rejoindre ce monde pour leur survie. Mon père refuse de répondre à mes questions sur ce sujet et préfère parfaire l'éducation des plus jeunes dont je fais partie, leur apprenant la chasse, la maîtrise de notre seconde transformation plus humaine et du pistage. Par jeu et rivalité, Kori et moi nous mesurons l'un à l'autre dans tous les domaines possible. Il me bat à chaque fois dans un seul domaine : la force. En même temps, vu la différence entre lui et moi, c'est couru d'avance. Dans la maîtrise de l'apparence, en revanche, c'est moi qui gagne, quant au reste, et bien nous sommes d'une égalité parfaite. Nos parents ainsi que les autres membres nous surveillent étroitement, ne voulant pas que nous nous approchions trop prêt d'une faille permettant de rejoindre le monde des humains. Je me demande bien ce qu'ils craignent, nous ne faisons de mal à personne. Bon, en même temps il faut dire que la curiosité est très présente chez mon frère et moi et que nous irions volontiers jeter un œil à ces humains. Oui mais voilà, l'interdiction est claire : on ne s'approche pas et on n'essaie pas d'entrer en contact avec les humains par le biais d'une faille. Tout le monde respecte cette règle, jeunes comme plus âgés. Mais, parfois la curiosité est plus forte que toutes les règles du monde même si elles sont pour notre sécurité...

J'ai à peine cinquantaine d'années lorsque l'impardonnable se produit. Impardonnable parce qu'à cause de ce manquement à une règle simple, l'enfer ne tarde pas à se déchaîner sur mon clan. Et cette bévue, pour rester correct, nous la devons à nul autre que mon propre frère et moi. Alors que nous chassons, nous avons croisé un être mythique qui vient de passer une faille pour je ne sais quelle raison. Il va vers chez eux et la curiosité de voir comment un être qui est d'après les descriptions aussi chétif et dépourvu d'attributs comme nos griffes et nos crocs fait pour nous exterminer, est la plus forte. Nous le suivons, tâchant de nous dissimuler au mieux pour ne pas nous faire repérer en passant cette faille. Kori n'a pas de difficulté à passer inaperçu, vu son pelage en même temps ça se comprend. En revanche, moi, je dois rester à une plus grande distance pour que l'être ne me voit pas. En dehors des périodes hivernales, il m'est difficile de réellement me fondre dans le décor en pleine forêt. Ou alors si, mais seulement lors de sorties nocturnes ou les jours de brume épaisse. Là oui, je suis avantagé. Pour en revenir à notre voyageur, nous l'observons avec intérêt tandis qu'il progresse de plus en plus profondément dans les bois et passe la faille. Nous arrivons dans une forêt ressemblant à la notre avec quelque chose de différent pourtant. La chance nous sourit, nous apercevons un humain qui semble chasser. Nous le suivons, tâchant de nous dissimuler au mieux pour ne pas nous faire repérer comme plus tôt avec l'être mystique. Nous l'observons avec intérêt tandis qu'il progresse de plus en plus profondément dans les bois. Tout à notre pistage, nous n'avons pas remarqué que nous sommes suivi nous aussi. C'est avec un intérêt certain que je le vois prendre quelque chose dans un sac accroché à sa hanche et l'observe mettre cette chose dans le bâton qu'il tient depuis le début à la main. Curieux, je le suis, sans conteste, mon frère aussi. Mais lui plus que moi peut se permettre de le contourner pour aller l'observer quasiment de face alors que je dois rester en arrière hors de sa vue. L'homme lève son étrange objet et le porte vers son visage en le pointant en direction des broussailles non loin de mon frère avant de faire je ne sais quoi et qu'un bruit horrible et sec ne résonne, bientôt suivi d'un cri... de douleur ? Cette voix... Je la reconnais tout de suite et avant que je ne comprenne ce qui se passe je vois mon frère pousser un cri de rage et se jeter sur l'homme pour le tuer net d'un puissant coup de griffes. Il ne s'attarde pas et file dans la direction du cri, suivi de très près par moi. Je ne m'arrête pas près de l'homme, je suis pris sans savoir pourquoi de panique et file à toute vitesse pour arriver devant le corps de ma mère que Kori tient contre lui. Elle nous a suivi et s'est retrouvée dans la ligne de mire du chasseur qui a dûe la prendre pour un gros animal. Dans un état second, je m'approche et réalise alors que le bâton étrange que tenait l'homme est en fait bien puissant pour avoir tué un lycan d'aussi loin. Me laissant tomber à genoux à côté de mon frère, je lève la tête et pousse un long hurlement auquel celui de mon frère vient se mêler. Nous avions déjà vu ce genre de blessures sur certains d'entre les plus vieux sans jamais savoir ce qui les avait provoqué. Maintenant, nous le savions...  J'ai laissé mon frère porter le corps de notre mère jusqu'à chez nous, passant devant certains de nos congénères sans nous arrêter. Lorsque notre père l'a vu, il s'est figé un instant et a demandé d'une voix blanche :

Qui ?

Un homme... Il n'est plus.
Réponds je sur le même ton.

Je vois...

A compter de ce jour là, notre clan va se diriger vers le nord en s'éloignant des failles possible. Parfois nous arrivons à rester un an ou deux sur place avant que nous partions de nouveau. En moi, depuis ce jour, l'incompréhension grandit. Pourquoi nous font ils ça ? Que leur avons nous fait ? Est ce que tuer ma mère a été un acte volontaire ? Ne l'a-t-il pas prise pour un autre animal et tué en pensant faire une bonne prise ? Ces réponses à ces questions, je ne les aurais pas de suite. Il me faudra attendre de trouver une nouvelle faille et d'atteindre les abords d'une ville nommée Dublin dans laquelle je brave les interdits imposés par mon père, en compagnie de mon frère. Durant la nuit, nous prenons notre apparence humaine, usant de différents stratagèmes pour ne pas nous faire repérer en tant que non humains, nous restons un moment lui et moi pour comprendre les hommes. La méfiance est tout de même de mise pour lui comme pour moi et les réponses à nos questions nous sont données. Oui mais voilà, Kori et moi n'avons pas la même compréhension des choses. Tandis que mon coeur s'apaise un peu en comprenant qu'il de devait s'agir d'une simple méprise et que les humains ne sont pas de mauvais aloi pour nous, celui de mon frère s'assombrit de plus en plus et il se montre de plus en plus haineux envers eux. Il en vient, un soir, à essayer de sauter sur un homme passablement éméché pour essayer de le tuer. J'en viens à m'interposer, ce pauvre bougre, j'ai appris à le connaître au fil des mois et je sais qu'il n'ignore pas ce que nous sommes, pourtant il n'a jamais essayé de nous faire du mal ou nous dénoncer. Un combat entre Kori et moi éclate et, pour une fois, ce n'est pas lui qui en sort vainqueur... Malheureusement, il n'y en aura plus d'autres et je suis moi même dans un sale état. L'homme a dessaoulé en voyant ce qui se passait, il est resté pétrifié durant toute la bagarre et m'a regardé me relever en titubant avant de retomber à genoux à bout de souffle. Il a beau savoir ce que nous sommes, il ne nous a jamais vu sous notre forme originelle jusqu'à ce soir. Il fait partie de ces rares personnes qui croient encore aux mystiques et les acceptent sans la diabolisation des légendes.

Kori... ?

Non. Celeas..
. Ma voix n'est qu'un souffle de douleur tandis que je prononce ces deux mots. Après ma mère, j'ai perdu mon frère mais cette fois, c'est moi qui l'ai tué.

Semblant brusquement comprendre que je lui ai sauvé la vie, Hoswald me tend la main.


J'suis pas costaud mon gars donc va falloir qu'tu m'aides. Faut pas rester là ni le laisser.

Hochant la tête, je me penche vers le corps sombre de mon frère et l'attrape pour le soulever. Mes blessures sont déjà en train de se soigner mais la fatigue ne part pas aussi vite.

Tu es loin ?

Non, trois maisons après cette rue. Viens, il y a une cave où tu pourras te reposer un peu et te soigner.

Je hoche la tête et prends sur moi pour réussir à porter le corps sans vie de Kori, me retenant d'exprimer ma peine de l'avoir tué. Il ne m'est même pas venu à l'esprit que je risque le bannissement dans mon clan. Je passe le reste de la nuit chez Hoswald, gardant précieusement le corps de mon jumeau contre moi dans mon sommeil. L'homme n'est pas descendu en me voyant m'écrouler de fatigue, préférant sans doute attendre le matin. Il a déposé de quoi me laver sommairement et laissé la porte ouverte. Quelques heures plus tard, mes blessures ne sont pas totalement soignées mais suffisemment pour que je puisse me lever et sortir explorer la maison. Je trouve Hoswald attablé devant un petit déjeuner. Il sursaute légèrement en me voyant et cligne des yeux avant de se reprendre et m'inviter à partager sa table.

Je ne m'attendais pas à te voir si vite ni sous cette forme, désolé.

Je réalise que je n'ai pas repris la forme humaine que j'ai habituellement.

Tu veux que j'essaie de me changer ?

Non, t'en fait pas, ça surprend c'est tout.

Je hoche ma tête massive et essaie de prendre place sur la chaise qu'il m'a désigné plus tôt en essayant de ne pas la casser. Elle n'est pas vraiment adaptée pour quelqu'un de ma corpulence actuelle.

Puisque que je ne peux pas sortir, explique moi plus en détail la raison de la différence entre les hommes nous concernant et je répondrais à tes questions sur les lycans.

Hoswald hoche la tête, replie son journal et commence alors son récit. J'apprends ainsi que des hommes ayant une croyance différente ont essayé d'envahir notre pays, saccageant tout ce qui les dérange et ne peut cohabiter à leur dieu sur leur passage, y compris des humains qui refusent d'abandonner leur protecteurs et créatures. Que les guerres, la famine et la maladie sont aussi de la partie. Et beaucoup d'autres choses. Je n'ai compris qu'à ce moment là ce que mon père essaye de faire en nous interdisant de nous approcher des humains, les diabolisant à son paroxysme et nous transmettant ainsi une haine farouche à leur encontre. Territorial il l'est c'est incontestable et nul doute qu'il a du voir comme une invasion la prolifération des humains et leur technologie. La discussion a duré une bonne partie de la matinée, de temps à autres, je pose une question pour demander plus de détails sur tel ou tel point et il y répond sans rechigner. J'apprends ainsi les grandes lignes de l'histoire de mon pays depuis ma naissance et même avant. Nous en sommes en 1918, j'ai alors cinquante huit ans. La guerre civile est sur le point d'éclater.

Hoswald me garde chez lui toute la journée, je ne veux pas sortir et risquer de me faire voir par les mauvaises personnes, surtout en transportant le corps de mon frère à travers la ville. Il m'apprend lors de notre discussion qu'une école existe, enseignant les deux langues du pays, depuis une dizaine d'années. Il me suggère d'y aller un de ces jours si le cœur m'en dit pour en apprendre un peu plus sur les humains qui sont encore respectueux de nos traditions et croyances. Je ne pense pas forcément y aller, pas avant un moment en tout cas. Il me reste le problème du décès de mon frère et surtout d'expliquer à mon père pourquoi nous avons passé une faille malgré l'interdiction. Lorsque le soir tombe, j'emprunte une longue cape à Hoswald qui me propose de m'aider à traverser la ville en me transportant dans un cabriolet tirée par des chevaux. La capote amovible est particulièrement pratique pour nous dissimuler, j'accepte donc sa proposition, au moins aller hors de la ville sans encombre. Je récupère le corps de mon frère et lui laisse la cape qui a servie à nous recouvrir lors du trajet et part rapidement vers mon clan en espérant trouver un passage pas trop loin. Comme je pouvais m'y attendre, je ne suis pas accueilli à bras ouverts, encore moins lorsque mon père apprend ce qui s'est passé. La sentence est sans appel, je n'ai plus le droit de rester parmi eux et de m'approcher du clan. Je tombe des nus et reste un moment les bras ballant avant de me faire mordre violemment à l'épaule. Dans un sursaut de douleur, je pousse un cri et envoie celui qui m'a agresser plus loin avant de partir en courant tandis que les autres se mettent à me menacer. Je cours longtemps sans me retourner, ne cherchant qu'à m'éloigner de leur territoire. Il me faut fuir et je n'ai qu'un endroit où aller : chez Hoswald...  Sinon je risque de me faire pourchasser et tuer par les autres. Ce n'est qu'après avoir retrouvé un passage que je reviens aux abords de la ville et reprends difficilement mon apparence humaine avant de filer à travers les rues animées en direction de la maison de l'homme qui est à la fois mon sauveur et la raison de mon malheur. Mais je n'en suis pas encore à faire ce genre d'introspections, j'ai besoin de me mettre à l'abri et vite avant de ne plus pouvoir tenir cette forme. J'arrive au moment où il sort de chez lui et il se fige en me voyant avant d'ouvrir la porte. Je dois vraiment avoir une sale tête vu son regard.

Installe toi comme tu veux, je dois m'absenter un moment. Je reviens dès que possible.

Je hoche la tête et le regarde partir alors que je reprends mon apparence normale. Je descends à la cave me reposer et laisse la porte ouverte derrière moi. Le ménage a été fait et il n'y a plus de trace de ma présence de la veille. Tapis dans un coin, je ferme les yeux et essaie de comprendre pourquoi mon père ne m'a pas écouté. Il n'a même pas cherché à entendre mes raisons. Croit-il que le fait d'avoir tué mon frère me laisse indifférent ? Assailli par la tristesse, je tressaille en entendant la porte bouger au dessus et lorsqu'un rai de lumière vient toucher ma fourrure encore tâchée de sang, le mien cette fois ci.

Celeas ? Tu es là ?

J'ai du m'assoupir sans m'en rendre compte...

Oui. Je ne savais pas où aller d'autre, si tu veux je m'en vais.

Non, reste. Si tu veux monter un peu, tu peux. Tu n'es pas obligé de rester dans la cave, j'ai assez de place pour qu'on te fasse une chambre à toi.

Je me lève et fait jouer mon bras, sentant encore la morsure. Elle n'est donc pas totalement guérie, pas plus que celles de la veille d'ailleurs. Hoswald ne me pose aucune question, ce que j'apprécie. Je n'ai pas envie de parler pour le moment. Il me laisse prendre mes marques et me remettre de mes émotions durant quelques jours avant de me proposer à nouveau de me rendre à cette école si mon souhait est toujours de comprendre les humains et les observer. Je hoche la tête vaguement en réfléchissant. Il me faudra apprendre à garder ma forme humaine plus longtemps pour faire ça.

Tu n'es pas obligé d'y rester toute la journée, quelques heures de temps en temps peuvent suffire.

D'accord. Je vais avoir besoin de tes conseils pour pouvoir faire ça efficacement, je ne pourrais pas rester très longtemps parmi eux à chaque fois...

Ne t'en fais pas, on trouvera une solution. Il en va de même pour les papiers, laisse moi m'en occuper


Tous en parlant, il se lève et me fait signe de le suivre. Il me donne de quoi m'habiller et dissimuler la queue qui reste bien visible. Porter un long manteau pendant les cours risque en effet de me faire autant remarquer que de la laisser à la vue de tous. Fort heureusement pour moi, mes oreilles sont déjà cachées par ma chevelure, quant à mes canines... et bien il me faudra faire attention de ne pas trop sourire. Et comme je ne souris que rarement, ce n'est pas un gros problème en soi.
Me voilà donc fin prêt pour entrer à l'école. Hoswald m'y emmène un matin, quelques jours plus tard, après que nous ayons pu trouver une solution concernant mon temps de transformation. Cet homme est souvent hors de chez lui, semblant avoir des occupations importantes, mais je n'ai pas saisi de quoi il s'agit exactement et il reste discret sur le sujet. Je n'ai donc jamais insisté tout comme il l'a fait avec moi lorsque je suis revenu vers lui ce jour fatidique. La seule chose que je me suis permis de lui demander, après avoir constater que les gens en général ne parlent ni ne semblent connaître l'existence de êtres mythiques, est la raison pour laquelle il n'a pas été effrayé. Il se trouve que j'ai du tomber sur le seul homme des environs à croire en toutes ces choses et comme nous avons eu largement le temps de faire connaissance en plusieurs mois, il s'est fait une idée sur ma nature profonde. Lors de cette discussion, il m'a expressément recommandé de ne jamais révéler ma nature véritable, quitte à passer pour quelqu'un de mal poli auprès des étrangers si je dois m'en aller pour reprendre mon apparence normale.

Je suis très surpris de l'ambiance qui règne en ces lieux et peux me permettre d'observer les différentes personnes qui sont autour de moi. Sortir en plein jour parmi autant de monde me met mal à l'aise. J'ai toujours vécu dans les bois loin des hommes, le premier que j'ai vu et observé de près a tué ma mère, le second est lié à la mort de mon frère et je ne peux retourner dans mon clan... Ah oui, c'est vrai, je suis un exilé. Déstabilisé, je suis à deux doigts de partir de cet endroit. Il me faut me mettre à l'écart un moment, que je redevienne moi même au moins quelques minutes. C'est presque pris de panique que je me dirige dans un petit coin à l'écart. J'ai pu voir avec Hoswald où et comment m'isoler sans trop de risque pour ce genre de chose lorsque je sens que je ne tiens plus. Il m'a dit aussi être allé voir une personne pour qu'elle explique aux autres professeurs qu'il me faut sûrement souvent m'absenter à cause de ma santé. Enfin tout au moins est ce la manière dont il m'a présenté la chose quand il m'en a parlé.

C'est durant cette période que je rencontre la banshee, Niam. Je ne saisi pas vraiment ce quelle est au début, mais elle m'a beaucoup apprit et soutenu lors de mon passage à l'école, et pas seulement sur les matières qu'elle enseigne. Grâce à elle, j'ai pu mieux appréhender les humains, comprendre certains aspects de leur comportement et même m'attacher à eux. Pendant ces années à étudier auprès d'elle, j'ai gagné en confiance et maturité. C'est une personne que j'estime beaucoup et auprès de laquelle je serais toujours redevable en un sens. Hoswald qui est déjà bien âgé à l'époque où je l'ai rencontré finit par décéder en 1930. N'ayant aucun descendant direct, il s'est débrouillé pour me faire faire des papiers disant que je suis un neveu éloigné et, de ce fait, me laisse ses biens en héritage et je me retrouve à être une personne plutôt aisée. Je ne sais pas vraiment comment il s'y ai pris mais il semble que cet homme avait plus d'une corde à son arc et à utiliser l'une d'elles avec efficacité. Même si je ne change rien de mon comportement d'avant, je ne manque de rien. Niam continue à m'apprendre des choses importantes. Pour le moment je ne suis pas intéressé pour retourner à Saol Eile, préférant continuer à apprendre des humains et les aider lorsque je le peux. Lorsque mon amie passe cette faille, je ne suis pas venue lui dire au revoir, je ne me sens pas le courage de la regarder partir en restant ici mais je lui promets silencieusement de la rejoindre un jour. Nous sommes en 1933, j'ai soixante treize ans.

Quelques décennies passeront encore avant je me décide à partir dans cet autre monde. En attendant, je continue à avancer en apprenant toujours plus de choses nouvelles. Je n'ai plus de nouvelles du tout de mon père et des autres, je ne sais même pas si ils sont encore en vie ou pas. Il m'arrive parfois d'y penser avant de détourner mon esprit de leur souvenir et revenir au moment présent. En 1939, une guerre éclate, impliquant tous les pays, ou presque, et ne se termine qu'en 1945. Je ne participe pas à ce conflit, pour la bonne raison que mon pays a su garder une neutralité parfaite auprès des nations impliquées. Je n'aurais de toute façon pas pu mettre à contribution mes capacités auprès des soldats irlandais, je me serai vite fait remarquer. En revanche, je me découvre des affinités avec le maintien de l'ordre et étudie quelques peu le domaine de la justice. Je ne parviens pas à me faire engager comme enquêteur, je ne suis pas capable de rester sous forme humaine assez longtemps pour vraiment espérer m'engager auprès d'humains et à force de me côtoyer, certains risqueraient de découvrir ce que je suis. Certains pensent déjà que je suis étrange avec une tignasse aussi mal coiffée, mon goût immodéré pour les pantalons quelque soit le temps qu'il fait et une fatigue m'empêchant de rester dehors aussi longtemps que tout le monde. Ce dernier point est mis sur le compte d'une santé fragile malgré ma taille et ma corpulence. J'opte pour des activités ne prenant pas beaucoup de temps et m'emmenant au sein de la nature, seul, pour me permettre de m'entraîner toujours plus à changer de forme et parfaire ma maîtrise du morphing. Bien entendu, je continue à m'intéresser au monde et ce qui s'y passe mais, au bout de plusieurs années, la lassitude me gagne à regarder les humains se détruire et je me languis de revoir ma seule amie encore vivante.
Nous sommes alors en 1981, j'ai cent vingt et un ans et j'ai décidé de rejoindre ce monde qu'est Saol eile. Mes pas et pérégrinations me conduisent à Ta Suil où je prends un poste d'agent de police, reprenant contact au passage avec Niam.



Derrière l'écran ?
★ Pseudo : Atrawu
★ Âge : 36
★ Comment avez-vous connu le forum ? Grâce à Télès ^^
★ Code : (dans le règlement en 3 parties) Voici le plus grand mindfunk de tous les voyages.
★ Qui est la créatrice du Flux ? : Ourania
17.09.17 3:10
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Femelle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 33
Messages : 607
Date d'inscription : 18/07/2016
Âge du Personnage : 581 ans
Race : Draconide
Métier : Première Apprentie de Kassandra, mage dimensionnelle
Multi-Compte : Lukian
Actif ? : Oui^^
Coucou,

Alors il y a des choses qui me dérangent dans son histoire, je pense que tu as eu une vision un peu erronée des rapports entre humains et mythiques sur Terre et sur les dates.

L'histoire de ton personnage nous présente un clan de lycan dans l'Irlande du 19-20ième siècle. Déjà ce n'est pas bon sur les dates, les derniers grands groupes de mythiques, y comprit les clan lycan ont quitté la Terre pour Saol avant la fin du 18ième siècle.

En gros, dès que l'Europe a amorcé l'époque industrielle, les deniers groupes mythiques sont partis, sachant qu'il n'en restait déjà plus des masses. Après tout, pourquoi rester dans un monde largement dominé par les humains alors qu'il existe depuis des millénaire un monde rien que pour les mythiques ? Il est important de bien saisir cette nuance.

A l'époque que tu décris, les humains n'ont plus conscience des mythiques, ce ne sont déjà plus que des légendes depuis longtemps, même dans des terres aussi imprégnés de mysticisme féérique.

De plus, les hommes n'ont pas cherché à virer les mythiques de leurs terres car, comme dit plus haut, ces derniers ont déménagé d'eux-même pour Saol Eile et certains depuis très longtemps.

A cette époque, les rares mythiques restant sur Terre sont marginaux isolés ou des voyageurs faisant le lien avec Saol Eile.

Et pour Niam, cela passait car il s'agissait d'une banshee isolée avec plus de facilité à s'intégrer dans la société humaine.

Donc, voilà, désolée mais je crains qu'il ne faille retravailler l'histoire.

Si tu as des questions, le staff est là pour t'aider^^
17.09.17 3:38
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 36
Messages : 140
Date d'inscription : 16/09/2017
Âge du Personnage : 156
Race : Lycan
En couple avec : Personne
Métier : Agent de police
Multi-Compte : Samantha Fury, Orobas
Actif ? : Oui
Arf oups... Je suis une boulette \o/ xD
Je vais retravailler tout ça dans la journée sans faute ^^

_________________

Parle en : #0000ff
Code:
[color=#0000ff][b] Dialogue. [/b][/color]

17.09.17 12:38
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humain
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org
Âge IRL : 26
Messages : 209
Date d'inscription : 03/09/2016
Âge du Personnage : 35 ans depuis 2 ans.
Race : Humain.
En couple avec : Personne encore. Coeur à capturer : si vous y arrivez.
Métier : Médecin Généraliste / Interniste / Ancien Légiste
Multi-Compte : Xiang ▬ Inferus ▬ Farah ▬ Cyriel
Actif ? : Yep ^^
Bienvenu ^^
Et y'a pas de soucis Very Happy

On reste disponible s'il y a des questions ^^
17.09.17 12:59
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 36
Messages : 140
Date d'inscription : 16/09/2017
Âge du Personnage : 156
Race : Lycan
En couple avec : Personne
Métier : Agent de police
Multi-Compte : Samantha Fury, Orobas
Actif ? : Oui
Voilà, histoire légèrement modifiée. J'espère ne rien avoir oublié ^^'

Et merci Caesar ^_^
17.09.17 14:57
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saol-eile.org
Messages : 634
Date d'inscription : 14/07/2016
Plusieurs choses ont été améliorée mais il y a encore des points à travailler

Bon, le justificatif des failles aux bons endroits, ça passe^^


Concernant l'homme lié à l'histoire de Caelas, il faut bien comprendre que c'est un original. A cette époque, croire que les mythes sont vrai et qu'on peut croiser des loups-garous ou des fées, ça en fait le gentil dingue du quartier XD

Parce que bon, si moi, après un soir de beuverie, je croise deux loup-garous qui s'entretuent, je vais plutôt aller voir les "monsieur en blanc" pour me faire soigner et j'arrête l'alcool XD Ce qui fait de ce type un original avec des nerfs d'acier.


Ensuite, il faut bien se rappeler qu'un lycan, ce n'est pas aussi discret qu'on le croit. même si Caelas est bon en la matière, il ne peut pas conserver sa forme humaine aussi longtemps que ça et il reste soumis au cycle lunaire qui perturbe sa psyché.

De plus, à cette époque, l'état-civil est déjà apparut, il faut comprendre que Caleas, en tant que mythique marginal et isolé, n'a pas d'existence légal, ni de papiers. Hériter de son vieil ami aura été compliqué.

Et dernier point important, Caelas n'a pas pu se battre lors de la seconde guerre mondiale, un lycan n'aurait jamais eu la discrétion nécessaire pour se battre au côté des humains sans que cela ne soit flagrant^^
17.09.17 15:56
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 36
Messages : 140
Date d'inscription : 16/09/2017
Âge du Personnage : 156
Race : Lycan
En couple avec : Personne
Métier : Agent de police
Multi-Compte : Samantha Fury, Orobas
Actif ? : Oui
Pas de souci, je vais retravailler ces points là. ^^' En plus on m'a fait remarquer que le passage sur la guerre n'est pas vraiment valide par rapport à la neutralité de l'Irlande dans le conflit Mad

Concernant Hoswald, c'est effectivement comme un original que je le voyais pour accepter Celeas et sa condition de cette façon, je vais rajouter un petit passage le concernant pour expliquer son manque de réaction. Pareil pour la partie de l'héritage, j'expliquerai la manière dont il s'y est pris pour le faire.

Concernant le temps de sa transformation, c'est à l'heure actuelle que c'est trop long ou dans l'histoire ? Je n'ai pas bien compris désolée ^^' Je n'arrive pas à faire une estimation correcte

_________________

Parle en : #0000ff
Code:
[color=#0000ff][b] Dialogue. [/b][/color]

17.09.17 18:00
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saol-eile.org
Messages : 634
Date d'inscription : 14/07/2016
pour les tranfo, ca dépend, même pour les meilleurs lycan, la garder plus de quelques heures n'est pas possible. La transformation est l'équivalent d'un effort physique continue, ça fatigue et ça met une pression sur le corps, à un moment, il faut "relâcher" ou le lycan s'écroule de fatigue (et reprend sa vraie forme)
17.09.17 18:12
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 36
Messages : 140
Date d'inscription : 16/09/2017
Âge du Personnage : 156
Race : Lycan
En couple avec : Personne
Métier : Agent de police
Multi-Compte : Samantha Fury, Orobas
Actif ? : Oui
D'accord. Si je réduis de moitié le temps, ça irait ou c'est trop ?

_________________

Parle en : #0000ff
Code:
[color=#0000ff][b] Dialogue. [/b][/color]

17.09.17 18:16
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saol-eile.org
Messages : 634
Date d'inscription : 14/07/2016
ça ira^^
17.09.17 18:32
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 36
Messages : 140
Date d'inscription : 16/09/2017
Âge du Personnage : 156
Race : Lycan
En couple avec : Personne
Métier : Agent de police
Multi-Compte : Samantha Fury, Orobas
Actif ? : Oui
Voilà. En principe je n'ai rien oublié cette fois-ci ^^

_________________

Parle en : #0000ff
Code:
[color=#0000ff][b] Dialogue. [/b][/color]

17.09.17 18:45
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saol-eile.org
Messages : 634
Date d'inscription : 14/07/2016
Fiche Validée
Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Saol Eile et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants. Nous te demanderons aussi d'aller recenser ton Métier cela serait pratique. Si ce n'est pas ton premier personnage parmi nous, merci de nous le signaler dans le Registre des Multiples Personnalités.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer. Notamment, tes autres comptes si tu en as, tes périodes d'absence, l'âge et autres petites informations utiles rapidement aux joueurs, et qui concernent ton personnage !
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup Embarassed ...

Sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! A noter que les modèles proposés de codage ne sont pas obligatoires, si tu veux faire autrement : tu peux -_^
Nous avons aussi le Centre de Messagerie pour les rps de type "épistolaires/mail/sms". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage Wink

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, demander des lieux, trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration...etc.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.

Le staff te souhaite la bienvenue !
17.09.17 21:28
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mythique Mâle
Voir le profil de l'utilisateur
Âge IRL : 36
Messages : 140
Date d'inscription : 16/09/2017
Âge du Personnage : 156
Race : Lycan
En couple avec : Personne
Métier : Agent de police
Multi-Compte : Samantha Fury, Orobas
Actif ? : Oui
Merci beaucouuuuuup ! ^_^

_________________

Parle en : #0000ff
Code:
[color=#0000ff][b] Dialogue. [/b][/color]

17.09.17 21:30
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saol Eile :: Le Controle Identitaire :: Présentations :: Mythiques validés-
Sauter vers: