Sophie Savage recherche un partenaire particulier.
Nathorod recherche d'anciens compagnons de voyage !
Sarah Vermeil recherche sa sœur jumelle.
Xander Thrace recherche sa mère et sa sœur Mythique.
Rydhal recherche des Employé·e·s.
Vous cherchez vous aussi ? Il suffit d'aller ici !

11 Validés

12 Validées

16 Validés

18 Validées

5 Validé·e·s



 

Eos ∼ Qui croirait encore en l'aurore ?

 :: Les Dossiers Identitaires :: Présentations :: Mythiques validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mythique Femelle
Âge IRL : 20
Messages : 23
Date d'inscription : 21/06/2018
Âge du Personnage : 2017
Race : Naturelle
En couple avec : Personne
Métier : Aucun
Multi-Compte : Aucun
Actif ? : Oui
Identité Générale
★ Nom : Ne s'en connait aucun.
★ Prénom : Elle en eut de nombreux mais, aujourd'hui, elle se fait appeler Eos.
★ Année de Naissance : 0 - en effet, elle est née le jour où les humains feront débutés leur nouveau calendrier, elle n'a pourtant rien à voir avec un certain J-C.
★ Âge : 2017 ans

★ Race : Naturelle
★ Métier : Aucun mais, elle voudrait être fleuriste, ou paysagiste, ou quelque chose en lien avec les animaux ? Non, elle n'est pas vraiment fixée.


Physiologie & Psychologie


Elle avait des cheveux comme autant d'arc-en-ciel, étincelants de mille et une couleurs. Elle avait des yeux comme des améthystes magiques, aux éclats changeants, à l'étincelle intense. Des fleurs s'épanouissaient dans sa chevelure sans jamais se faner, la nature toute entière en avait fait son joyaux. Elle avait la beauté d'un levé de soleil, la force de s'extirper de la nuit la plus dense pour tendre sa main au soleil et l'aider à s'élever dans le ciel si vaste. Elle était aussi belle et forte qu'elle était fragile. Elle était l'aurore, aussi éphémère qu'éternelle.

Aujourd'hui, ses cheveux sont blancs comme les premières neiges d'un matin d'hiver et si ses yeux ont gardé la couleur de l'améthyste ils en ont perdu l'éclat. Sa peau est pâle, son corps semble prêt à se briser sous le moindre courant d'air. Jeune fille menue et fluette, elle a la grâce et l'élégance d'une elfe de bonne famille. Ses oreilles sont légèrement en pointe, cependant, elles ne bougent pas selon ses humeurs contrairement aux membres de la race elfique.

Ses courbes harmonieuses sont mises en valeur mais pas davantage soulignées par des vêtements élégants de manufacture elfique. Il est visible que la jeune femme porte soin de son apparence mais tâche de rester discrète. Elle ne porte pas de maquillage ni de vernis, il se dégage d'elle un charme tout à fait naturel.

C'est avec le même naturel adorable qu'elle vous sourira, qui que vous soyez. C'est une jeune fille gentille et qui semble un brin naïve. Vous n'aurez aucun mal à savoir ce qu'elle pense ou se qu'elle ressent, son visage est un véritable miroir à ses pensées. Elle ne sait pas mentir et ne s'y risque que rarement. Elle a été élevée sans sévérité mais au coeur de nombreux principes dont elle tâche de ne pas s'écarter. L’honnêteté fait partie de ces principes, tout autant que la loyauté et la bonté.

Eos tend facilement la main vers son prochain, quand bien même ce dernier lui attirerait les pires ennuis. Elle n'a guère les capacités de se défendre physiquement mais son coeur est d'or et sa volonté d'acier.

Elle apprend vite et sait s'adapter, même si son handicape freine parfois un peu son insertion elle a toujours réussi à communiquer avec les autres et se faire des amis. Muette depuis soixante-dix ans elle a apprit le langage des signes et ne se sépare jamais d'un petit carnet et d'un crayon. Elle s'est toujours dit qu'il lui faudrait quelque chose de plus technologique mais, elle ne s'est pas encore équipé étant plutôt maladroite elle a peur de casser le premier téléphone portable qu'elle aura entre les mains.

C'est une jeune fille curieuse et sociable, elle n'hésitera pas à aller vers les gens même s'ils ont un aspect terrifiant. Elle ne semble pas avoir peur de grand chose, restant le plus souvent d'un calme olympien. C'est une présence douce et rassurante mais aussi entourée de mystères et sous ses airs simples de jeune elfe naïve l'on peut percevoir les réminiscences d'une histoire bien plus complexe.


Biographie

Chapitre I
Aurore Vermeille


La guerre possède une force propre. Une puissance prodigieuse, terrible certes mais, capable de grandes choses. Des changements qui ne se seraient jamais opérés d'eux-même deviennent soudain évidents en temps de guerre. Des pensées qui devraient être gardées enfouis au plus profond de nos êtres civilisés trouvent soudain une porte ouverte sur le monde. Les émotions les plus fortes s'entrechoquent au rythme des coups de feux. Les vies se mêlent au sang, les destins se lient et se délient aussi rapidement que la mort frappe.

La vie d'Eos débute sur un champs de bataille. Plus précisément sous un chapiteau de fortune dressé là pour récupérer et soigner les blessés.

- Vous vous réveillez enfin ! Vous êtes qui bon sang ?

L'odeur du sang est forte, elle lui colle à la peau alors qu'elle tente de se redresser. Ses paupières sont lourdes, elle peine à les ouvrir. Non, ce n'est pas qu'elles soient lourdes, c'est du sang séché qui les maintient closes. Quelque chose d'humide tombe sur sa tête.

- Débarbouillez-vous et fichez le camp, j'suis pas là pour m'occuper des civiles.

La jeune femme attrape machinalement le linge humide qu'on vient de lui lancer au visage et s'en sert. Elle peut enfin ouvrir les yeux et voir à qui appartient cette voix gutturale qui lui crie dessus depuis qu'elle s'est éveillée. C'est une femme, haute stature, épaules larges, mâchoire carrée et regard sévère. Ce dernier semble rapidement se transformer en pitié alors qu'il rencontre le regard de la jeune femme, égaré, absent.

- Vous feriez mieux de rejoindre les vôtres..

La demoiselle acquiesce, comme un automate, elle se lève et se dirige vers la sortie indiquée par la luminosité d'une torche passant entre deux tissus tendus. Elle veut juste sortir. Il faut qu'elle sorte. Que l'herbe caresse la plante de ses pieds nus, que la brise s'engouffre dans ses cheveux, que le soleil fasse rosir sa peau à nouveau. A nouveau ? Sa main attrape un pan de tissu et l'écarte de son chemin, elle pose un pied en dehors du chapiteau. La boue éclabousse ses chevilles. Au-dessus d'elle, nul soleil bienveillant mais des nuages gris, ternes, tristes. Une pluie légère mais glaciale mouchète bientôt la peau pâle de la jeune femme qui regarde autour d'elle. De nombreuses tentes l'entour, des gens aussi, des gens pareils au ciel, ternes et tristes. Voyant sans doute que la jeune fille ne bougeait pas de l'ouverture, la voix gutturale retentit à nouveau.

- La tente des elfes est à droite, deux rangées plus loin, déguerpis maintenant, tu laisses le froid entrer.

L'égarée jette un regard dans son dos, elle n'avait pas fait attention.. aux nombreux corps étendus, sur des couvertures de fortune, des corps mutilés, ouverts, souillés, des êtres geignants, pleurants, souffrants.. mourants. Comme frappée de plein fouet par cette affreuse réalité elle referme le tissu et s'enfuit en courant.

Elle n'allait pas à la tente des elfes. Pourquoi irait-elle ? Pourquoi n'irait-elle pas ?

Une douleur sourde tambourine sur ses tempes alors qu'elle passe entre les tentes et les corps, vivants ou non. Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus ni tente, ni gens, elle court, elle fuit, sans savoir ni où elle va, ni ce qu'elle fuit. Puis, elle s'arrête. Essoufflée, éreintée mais, pas par sa course. Des images s'imposent à elle, des images terribles, teintées d'une douleur viscérale. Elle ne veut pas les voir, elle ne veut plus les ressentir. Elle ne veut plus rien entendre alors le silence s'installe, autour d'elle et dans sa tête. Elle rouvre les yeux et devant ses prunelles améthystes tremblantes de larmes, les premiers rayons de soleil percent l'horizon. Quelque chose s'éveille alors, une lueur dans les ténèbres de son esprit embrumé. Elle lève ses bras fins vers l'astre lumineux, l'accueil de tout son être, le laisse emplir son âme d'une lumière qui l'éblouit et masque tous les cauchemars qui menacent de l'engloutir. Qu'il illumine le monde et chasse la nuit, qu'il baigne son esprit et chasse ses souvenirs erratiques.

- Mais qu'est-ce que tu fabriques au juste...

La voix gutturale lui parait presque familière alors qu'elle se retourne pour voir l'infirmière, portant un corps inanimé dans ses bras, avec délicatesse mais une facilité déconcertante. L'égarée lui sourit, un sourire bienveillant, empli de bonté et de fatigue, avant de s'écrouler, sans force, sombrant à nouveau dans l'inconscience alors que la voix porte à nouveau jusqu'à ses oreilles.

- C'bien la peine de me sourire si c'pour me donner encore plus de travail..  

Quelques minutes plus tard peut-être, c'est à nouveau cette même voix qui la réveille.

- Oui bah les oreilles pointues, les cheveux, j'me suis dis que c'était de chez vous ça moi ! Je m'en fiche que vous la connaissez pas, je peux pas m'en occuper. Bah tient, y a qu'à lui demander.

Ses yeux s'ouvrent sur deux visages qui la fixent. Elle reconnait celui de l'infirmière et à côté d'elle, celui d'un.. elfe. Oreilles pointues, cheveux platine, les bras croisé sur une posture qui se veut noble et retenue.

- C'est quoi ton nom ? Et qu'est-ce que tu fiches en plein milieu d'un champ de bataille sans ni uniforme, ni emblème, les civiles ça se planque, ça vient pas cueillir des pâquerettes entre deux roquettes.  

L’elfe au côté de l'infirmière hausse un sourcil mais ne commente pas. Quant à la concernée, elle se contente de sourire. Un léger silence s'installe.. avant que l'infirmière ne montre de sérieux signes d'impatience.

- Elle se fou de moi là ? Ou c'est un truc de chez vous ?

Elle vise l'elfe mais visiblement ce dernier est habitué, il ne fait pas cas de la remarque acerbe et se penche sur la jeune femme allongée sur un lit de fortune dans coin de la tente dont il est responsable. Il capte son regard et son attention.

- Etes-vous capable de nous dire quelque chose ?

L'égarée ouvre la bouche mais aucun son ne franchit ses lèvres.

- Elle est muette ? Et elle pouvait pas le dire plutôt que de me sourire comme une..

- Elle ne pouvait guère le "dire" en effet.

L'elfe ayant coupé net l'emphase de l'infirmière cette dernière se rend compte et de son emportement et de sa bourde, elle hausse les épaules, secoue la tête en guise d'excuse.

- On est tous à bout et l'enchanteresse est bien mignonne mais c'est pas elle qui doit nettoyer les pots cassés.. j'vous laisse celle-là. D'accord ?

La question n'en était pas vraiment une mais, elle essayait visiblement de se rattraper. Magnanime l'elfe acquiesce. L'infirmière se retire, non sans jeter un "et que je te retrouve pas à prier le soleil ou je n'sais quoi là dehors" à la jeune femme qui, répondra par un sourire.. Laissez seuls, l'elfe s'assoit sur une chaise à côté de la jeune femme, il l'examine un long moment avant de reprendre.

- Pouvez-vous écrire ?

Elle acquiesce mais, une fois un carnet et un stylo entre les mains, elle reste interdite.

- Vous ne pouvez pas me dire qui vous êtes n'est-ce pas ?

A nouveau elle acquiesce, plus lentement, plus lourdement.. Non, elle ne pouvait pas. Elle ne se souvenait pas.

- A quand remonte votre dernier souvenir ?

Comme par instinct, son regard fuit, il part vers la lumière qui filtre à travers le tissu. Le soleil était entrain de se lever, une nouvelle journée commençait. La nuit était désormais chassée au loin mais, avec elle, des souffles de vie avaient été perdus à jamais.

- L'aurore donc.. Eli m'a raconté. Bon, il n'y a rien de plus à faire pour le moment. Reposez-vous, vous en avez besoin. Peut-être la mémoire vous reviendra lorsque le soleil sera à son zénith.

Il esquisse un sourire bienveillant et pose une main réconfortante sur le haut de la tête de la jeune femme.

- Ne vous en faites pas, l'amnésie est courante en ces temps troublés il est normal que nos âmes le soient aussi. Vos souvenirs vous reviendront sans doute quand votre âme aura retrouvez la paix. Reposez-vous, vous êtes en sécurité ici.

Elle ferme les yeux, reconnaissante mais, inquiète. Elle se souvenait de sa fuite vers le soleil, elle se souvenait des brèves images qui avaient percés le voile entourant sa mémoire, voulait-elle vraiment se souvenir ? L'elfe l'observe une dernière fois avant de quitter la tente. Seule, la jeune femme regarde un long moment le balancement de la toile sous la pression du vent, l'esprit vide, avant que le sommeil ne vienne l'emporter.

Quelque part, très loin derrière ses paupières closes, un murmure lutte, il se bat à travers des cauchemars sans nom pour trouver la lumière salvatrice.
Il porte avec lui un fardeau plus grand que le monde.

"Ἦμ..ς δ᾽ ἠ..γένεια φ..η ῥοδ...τυλος Ἠώς,"

Chapitre II
Zénith Azur


- Eos, je te présente Anairë, une amie précieuse.

Les prunelles d'améthyste se posent sur le visage délicat de l'elfe qui lui fait face, elle est de toute beauté. Eos s'incline légèrement tout en jetant un regard à l'homme à ses côtés, elle ne peut retenir un sourire amusé. Il est clair que la demoiselle dénommée Anairë n'est pas qu'une amie précieuse dans son coeur.

Cela fera bientôt un an que Fingolfin a ramené la jeune muette égarée en plein champ de bataille, dans sa demeure. Il avait bien essayé de retrouver des parents mais personne ne reconnaissait la jeune fille. Si elle était effectivement elfe, il n'en avait jamais été convaincu mais aujourd'hui peu lui importait. C'était une demoiselle discrète, profondément gentille et généreuse, il ne regretta pas un seul jour, de l'avoir recueilli. Cependant, la mémoire ne lui était pas revenu. Ni la parole. Selon tout diagnostique, rien ne l'empêchait de s'exprimer, ce n'était pas physiologique. Il se doutait bien qu'un traumatisme était à l'origine de sa perte de mémoire et d'élocution mais, il perdait toute détermination à aborder le sujet lorsqu'il voyait la jeune femme s’émerveiller devant les moindres détails de leur monde. Elle était innocente et heureuse, comment pourrait-il vouloir qu'il en soit autrement ?

Aujourd'hui, elle se nommait Eos. C'était un nom qu'ils avaient trouvé ensemble, face à la fascination de la jeune femme pour l'aurore. Il lui avait proposé d'autres noms, aux sonorités plus elfique mais, c'est finalement elle qui écrivit les trois lettres. Son mentor espérait que ce choix serait peut-être révélateur qu'une vérité inconsciente, les premiers galets d'une piste menant aux souvenirs de la jeune fille. C'était peut-être bien le cas mais, il ne sut emprunter ce chemin.

Anairë et Eos devinrent rapidement amies, l'elfe enseignait diverses choses à la jeune fille. Cela débutait avec la couture, passait par le jardinage pour finir avec les bonnes manières. Fingolfin était un haut elfe de noble ascendance, respecté par ses pairs et figure importante de leur communauté. Bien que cela n'était pas officiel, Eos était comme sa fille adoptive, il voulait donc lui donner une bonne éducation. Anairë était l'elfe la plus éduquée qu'il connaisse, c'était en tout cas la raison qu'il donnait à Eos. Cette dernière n'était pas dupe, c'était aussi une façon habile tout en restant courtoise et presque innocente, de pouvoir apprécier la présence de l'elfe plus souvent. Il les laissait cependant seules pendant leurs leçons, ne se montrant jamais trop intéressé, à vrai dire.. Eos se rendit compte que son tuteur était tout simplement timide.

Cette douce monotonie perdura vingt ans. Eos devint officiellement la fille de Fingolfin, il lui donna même un nom elfique : Nenya. Il lui demanda cependant de garder le nom qu'elle s'était choisi, gardant espoir qu'un jour, cela la guide. Car, en vingt ans, nul souvenir ne lui était revenu. La jeune femme ne semblait pas attendre de retrouver un jour la mémoire, elle s'épanouissait dans cette nouvelle vie. Elle apprenait, plus vite qu'aucun elfe, elle montrait des prédispositions certaines pour la magie liée à la nature, il semblait d'ailleurs évident que tout son être avec une connexion forte avec l'environnement. Mais, rien qui ne définisse sa nature, les elfes ayant tout autant la possibilité d'avoir de telles prédispositions.

Elle se faisait d'ailleurs des amis parmi les elfes et les autres races qui habitaient la petite cité-état dans laquelle Fingolfin avait élu domicile. La jeune fille était brillante, non, davantage, elle était rayonnante. Partout où elle passait, les sourires fleurissaient. C'était un oiseau, magnifique et joyeux, qui flirtait avec la moindre brise, virevoltant gracieusement. Elle jouait avec les enfants, aidait les anciens et tendait la main à qui en avait besoin. Évidemment, certains jeunes hommes et certaines jeunes femmes, se trouvaient charmés par la beauté aérienne de la jeune muette mais, ils trouvaient en Fingolfin un mur infranchissable. Eos n'était qu'une enfant à ses yeux et en bien des points, il avait raison. Elle découvrait encore le monde qui l'entourait, de ce regard neuf et bienveillant qu'on les enfants.

Il l'aurait sans doute gardé encore un siècle auprès de lui avant d'accepter seulement de rencontrer un prétendant. Cependant, de nombreux changements allaient avoir lieu dans les décennies qui suivirent. Tout d'abord, Eos oeuvra avec discrétion à ce que Anairë et Fingolfin puissent apprécier la présence de chacun et le reste ne fut plus vraiment de son ressort.. En 1991 les deux elfes s'unissent officiellement faisant la joie de toute la communauté et d'Eos qui prédit à son père et sa nouvelle mère, qu'ils auraient un enfant avant que le citronnier planté pour commémorer leur mariage ne donne ses premiers fruits.

Dix ans plus tard, le citronnier s'ornait d'une floraison sans précédent et le ventre d'Anairë s'arrondissait doucement. Quelques mois plus tard, on plaçait des corbeilles de citrons au côté du berceau d'une petite elfe nommée Narya.

On plaça des corbeilles de fruits et de fleurs au côté d'un autre lit, celui d'Eos.

Chapitre III
Crépuscule Carmin


- Tu crains que cela aggrave la situation mais, si on ne fait rien, elle ne va pas.. voir les premiers pas de sa soeur.

Anairë avait hésité à finir sa phrase de cette façon, avec tant de brutalité mais, il était temps qu'elle ouvre les yeux de son mari. Ce dernier était pâle, éreinté physiquement et plus encore moralement. Il voyait sa fille ainée se mourir. Petit à petit, l'état de santé déjà fragile d'Eos s'était dégradé. Il avait fait venir tous les médecins compétents de cette cité-états et des pays voisins mais aucun ne trouvait ce qui clochait chez la jeune femme. Une seule réponse s'imposait, ce ne pouvait qu'être lié à sa nature. A cette identité qu'ils avaient choisi d'ignorer, d'oublier.

- Accepte.. je t'en prie.

Fingolfin acquiesce péniblement alors que les mains réconfortantes de sa femme enserrent les siennes. Anairë se redresse et fait signe à quelqu'un derrière elle. La porte de la chambre d'Eos s'ouvre et laisse entrer la silhouette fluette d'un enfant. C'est un jeu garçon, tout juste entré dans l'adolescence qui s'approche du lit de ce qu'il pense être une elfe. Il avait beaucoup attendu pour pouvoir la rencontrer. Parce qu'il était jeune, les adultes avaient peur qu'il voit des choses qu'il n'était pas censé voir. Mais il avait déjà vu bon nombre de choses qu'un garçon de son âge ne devrait pas connaitre. L'oeil fiché dans son front les lui avait fait voir. Ce n'était pourtant pas la curiosité qui le poussait aujourd'hui à tendre la main vers celle, si belle mais inerte, d'une jeune femme endormie.

Il connaissait Eos. Elle avait joué avec lui alors qu'il n'était qu'un bambin pleurnichard. Elle l'avait consolé quand il se faisait chamaillé par ses camarades. Il la respectait aussi n'avait-il jamais tenté d'utiliser son pouvoir sur elle, même lorsqu'il avait apprit qu'elle n'était pas vraiment la fille de Fingolfin mais une amnésique rescapée de la guerre. Puis Eos avait disparu, elle ne venait plus jouer au dehors, elle ne sortait plus.. Elle était alité depuis plusieurs mois déjà et il avait déjà voulu lui rendre visite, ce qu'on lui avait refusé maintes fois. Mais aujourd'hui, il allait l'aider. Tant pis s'il devait voir la guerre, tant pis s'il y avait du sang, il n'avait pas peur.

Il pose sa main sur celle d'Eos et ferme les yeux, à l'exception d'un.

Une plaine fleurit à perte de vue. Des fils d'arc-en-ciel flottant dans la brise. Non, ce la n'a rien à voir avec ce a quoi il s'attendait. Rien à voir avec la guerre. C'est un tableau d'une telle splendeur qui se dessine avec délicatesse et harmonie, un tableau venu du fonds des âges.

Un visage apparait à présent. Celui d'un homme, jeune, les cheveux foncés, le regard vif et malicieux. Il sourit et parle mais, le jeune Oculus ne peut comprendre sa langue. Il s'approche et.. la vision s'embrouille. A sa place il y a maintenant un chat, un chat qui flotte dans les airs et le regarde droit dans les yeux, comme si, il pouvait le voir, le voir lui jeune oculus d'à peine treize ans, et pas cette Eos du passé qui devrait lui faire face.

L'oculus n'a pas le temps de s'en étonner davantage, une nouvelle vision le submerge. Cette fois c'est bel et bien la guerre. Le chat est maintenant contre lui, pressé contre sa poitrine, sous un long manteau beige. Sa main tient celle de l'homme vu un peu plus tôt.. A moins que tout cela ne se déroule des siècles plus tard. Il perçoit le bruit des canons et des ordres hurlés dans une langue gutturale qu'il ne peut reconnaitre. Quelque chose explose près d'eux, ils sont projetés sur le côté, un petit carnet tombe du manteau beige, l'odeur de la poudre et de la poussière se mélange. Ils se relèvent, courent, s'éloignent, s'égarent dans une ruelle désertée. Quelque chose est entrain d'apparaitre, à moins que ça ait toujours été là.. L'homme se retourne à nouveau vers lui et lui parle, cette fois dans une langue que l'Oculus comprend mais seule une partie de sa phrase lui parvient; "petite soeur" puis, il est interrompu. Des éclats de balle passent devant son regard au moment où l'homme le pousse en arrière. L'homme s'effondre alors que l'Oculus bascule inexorablement en arrière sans parvenir à toucher le sol.

L'enfant rouvre les yeux. Pendant un instant, il ressent un vide immense se creusé dans sa poitrine, une peine incommensurable, capable de l'engloutir tout entier, si dense qu'il pourrait s'y noyer.. Puis des bras viennent l'enserrer, avec une tendresse infini, l'extirpe d'un sentiment qui n'était pas le sien. Eos enlace l'enfant avec douceur, elle sait ce qu'il vient de traverser, elle a vu ces images qu'il a fait remonter de l'abysse dans lequel elles avaient été enfouies, cachées.

- Je crois..

Sa voix s'éraille, encore écorchée par la plongée qu'il a du faire dans la mémoire d'Eos. Il marque un temps de silence avant de reprendre.

- Je crois que c'était ton frère.

La jeune femme acquiesce en caressant la tête de l'enfant. Elle voudrait qu'il n'y pense plus à présent, qu'il oublie ces souvenirs comme elle les avait oublié.. Elle sait que ce n'est pas possible. Cependant elle acquiesce, oui, ce pouvait être son frère. Elle le reconnait, elle sait qu'ils étaient proches mais, pourtant, son identité lui échappe, son essence s'enfuit, son image glisse entre ses doigts sans qu'elle ne puisse la saisir.

Après quelques mots échangés, l'enfant quitte la chambre, Eos promet silencieusement que jamais plus elle ne laisserait quiconque plonger dans son passé. Fingolfin entre dans la pièce. Eos tourne la tête vers lui et pendant un bref instant, ne le reconnait pas. A peine une seconde avant que la lumière ne se rallume dans son regard et qu'elle ne lui sourit. Une seconde qu'il a capté, mais dont il ne parlera pas.

- La mémoire t'es revenue ?

Eos secoue la tête lentement avant de trouver de quoi écrire : "Des images, un visage. Celui de mon frère.. peut-être."

L'elfe lui sourit, véritablement heureux que, la possibilité existe, qu'un être cher puisse retrouver la jeune femme. Le monde était vaste et il était tout autant possible qu'ils ne se retrouvent jamais mais, l'espoir perdurait. La jeune femme lui sourit en retour et Anairë entre, la petite Narya dans les bras. Eos tend sa main vers les doigts minuscules et elle mets de côté une information qu'elle sait pourtant essentielle.. La guerre que l'Oculus avait vu, n'était pas celle des mythiques.

Plusieurs années s'écoulèrent sans que l'état de la jeune femme ne s'améliore réellement. Narya devenait une magnifique petite fille, encore un bébé aux yeux des elfes mais déjà resplendissante et talentueuse. Parfois les deux soeurs s’exerçaient à la magie ensemble mais, Eos était de plus en plus rapidement fatiguée par l'effort. Le quotidien de la petite famille était heureux et paisible, pourtant, Eos qui sentait ses forces s'amenuiser avec les années ressentait le besoin de partir, de voyager. Ce n'était pourtant pas réalisable dans son état.. Et puis, il y eut le Fertile Espoir. Oh cela ne fit pas l'unanimité dans la demeure de Fingolfin. Certes ils étaient peu fertiles mais de quel droit l'enchanteresse décidait-elle pour tous de ce qu'il fallait faire ? Certains se félicitaient de cette action et tombaient en adoration devant le portrait de l'enchanteresse et de ses apprentis, pour Fingolfin, c'était une catastrophe. Il ne pouvait comprendre qu'on s'incline devant une personne ayant utilisé son pouvoir pour bouleverser le cours des choses, et cela par deux fois. C'était un électron libre qui utilisait sa puissance sur le monde sans devoir rendre de compte à personne. Ses apprentis étaient désormais à la tête d'une cité-état puissante. Et personne ne semblait trouver de problème à cela. Pour la simple et peut-être bonne raison, qu'ils avaient fait démonstration de leurs pouvoirs vertigineux, pour de bonnes actions.

L'elfe s'emportait rarement mais le sujet était clairement de ceux qu'il ne fallait pas aborder sans avoir quelques heures devant soi. Quant à Eos, elle ne savait trop quoi penser de cette mesure. Elle n'aimait pas trop l'idée que quelqu'un puisse ainsi utiliser la magie, si massivement et de manière si intrusive. Cependant, elle ne pouvait tenir rancune à l'enchanteresse de vouloir agir pour sauver son peuple, tout comme elle l'avait fait lors de la grande guerre.

Puis, il y eut le Flux. Lorsque la nouvelle vint jusqu'à leur cité-état, Fingolfin n'était toujours pas des plus enchantés par les prouesses de ces grands mages mais, Eos et Narya n'avaient qu'une hâte, partir pour Ta Suil et voir ce chef-d'oeuvre de leurs yeux. C'était évidemment hors de question .. jusqu'à ce que Fingolfin craque face aux requêtes de ses filles, qui commençaient à un peu trop bien savoir comment y faire avec lui. Ce fut un voyage familiale enrichissant pour tous. Ils ne virent pas d'humain, l'Agence fraichement créée n'avait pas encore finit ses préparatifs mais, la possibilité était là à présent. Ce chemin qui s'ouvrait vers le monde des Hommes arrivait comme un gigantesque pont dans l'esprit d'Eos, une part d'elle, celle qu'elle avait oublié près de soixante-dix ans plus tôt, voulait a tout prix l'emprunter. Cette fois-ci pourtant, Eos rentra avec ce qu'elle considérait comme sa famille. Elle ne voulait pas les quitter.. ils étaient son repère, son pilier.

- Tu as peur..

Narya et Eos étaient allongées dans l'herbe, a contempler les nuages cotonneux qui paressaient dans le ciel comme d'immenses moutons paisibles et impassibles. La jeune elfe qui venait de parler avait grandit mais du haut de ses quinze ans, c'était encore une enfant pour les siens. Eos était la seule à ne pas lui parler comme si elle était tout juste sortie de l'oeuf. Les deux jeunes filles étaient devenues très proches et, Narya lisait en sa soeur comme dans un livre d'images.

- Tu as peur de retrouver la mémoire si tu vas la bas, et de ne plus être la même après.

L'elfe se tourne vers sa soeur, ses grands yeux bleu fixent l'améthyste de moins en moins rayonnante, ses mains se posent sur les joues pâles.

- Pour toujours, tu seras ma soeur, Nenya.

C'était une promesse sur son nom elfique, un sort lancé que rien ne pourrait défaire. Nenya ferme les yeux et acquiesce, les larmes qui perlent à ses yeux formeraient la rosée du lendemain.

Ainsi, au printemps 2017, Eos fille de Fingolfin emménageait à Ta Suil. Une nouvelle aube se levait sur son histoire. Avant qu'il ne soit trop tard, elle devrait retrouver celle qu'elle était et enfin faire la paix avec son passé. Avant que la nuit ne l'emporte ou que le soleil ne l'éblouisse à jamais, dans cet instant éphémère et magique, elle devrait se trouver.


Quelque part dans le monde des humains, un petit carnet élimé, par endroit illisible, raconte une autre histoire.
Il porte, entre ses pages, un espoir plus grand que le monde.

Je suis née à l'aube d'un nouvel âge pour les Hommes. Tout comme eux, je ne le réaliserai que bien plus tard, lorsqu'une histoire deviendrait un livre et le livre un calendrier. Je comprenais alors, que mon destin serait étroitement lié à celui de l'Humanité. Je du cacher ce que j'étais, ternir mes cheveux aux milles couleurs sous une teinture adéquate et mes oreilles dans un chapeau changeant selon les modes si éphémères des mortels. Il me fut offert l'occasion de quitter ce monde. Ils m'ont dit que je ne trouverai plus nulle magie en celui-ci, qu'elle avait désormais élu domicile dans ce nouveau monde où tous allait. C'est vrai, de moins en moins de ceux qui me ressemblent ne croisaient mon chemin. Quant aux miens, les avais-je seulement connu ?

Certains de mes souvenirs s'emmêlent ces derniers jours, rarement, mais, cela m'inquiète. Je crains que ce ne soit que le premier symptôme d'une terrible maladie. Le signe avant coureur que les Hommes m'oublient. Petit à petit, ce monde devient celui de la science, elle balaie les mystères et les mythes. Elle donne un sens, une explication, à ce qu'ils ne pouvaient comprendre. Qui s’émerveille encore de voir le disque solaire percer l'horizon ? Qui se demande encore à qui appartiennent ses larmes par millier qui couvrent les champs et les fleurs avant que les rayons du soleil ne viennent les enlacer chaleureusement ? Pourtant je suis restée. Car je ne veux pas les écouter, ceux qui veulent me faire croire qu'il n'y a plus de magie en ce monde. Ils se trompent. Il y a de la magie au sein même de cette planète, il y a encore de la magie dans le coeur des Hommes. Il y a de la magie, car il y a de la vie.

Je veux croire en Eux. Quand bien même plus aucun poète au coeur amoureux ne me dédie ces mots :

"Dès que, fille du matin, parut l'aurore aux doigts de rose..."



Derrière l'écran ?
★ Pseudo : Ashura
★ Âge : J'ai effectivement plus de 18ans, je prend la responsabilité de mes écrits.
★ Comment avez-vous connu le forum ? Via un top site je crois.
★ Code :
★ Qui est la créatrice du Flux ? :
★ Petit commentaire : Merci pour votre aide o/ En espérant avoir bien respecté l'Histoire et que la lecture vous plaise :3
21.06.18 22:04
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-renaissance.forumactif.org
Mythique Femelle
Âge IRL : 27
Messages : 143
Date d'inscription : 23/01/2017
Âge du Personnage : +1600 ans.
Race : Djinns aux Voeux.
En couple avec : Coeur à Prendre.
Métier : Barmaid.
Multi-Compte : Xiang ▬ Caesar ▬ Inferus ▬ Cyriel ▬ Uryuu
Actif ? : Yep ♥
Bonjour et Bienvenu Very Happy
Alors, la personne qui a conçu la race avait arrêté de jouer sa Naturelle tout en jouant d'autres persos. Et depuis, elle a disparu du fofo.

A l'époque, elle avait dit permettre que d'autre joue cette race.Smile Aussi, je n'avais pas vu que nous avions pas éditer/retirer/changer la phrase qui dit qu'il n'en reste qu'une. Je viens de modifier à l'instant pour dire qu'il n'en reste qu'une poignée dans tout Saol Eile ! Ceci te libère donc bien la race sans soucis (Car je ne peux garder le côté "plus qu'une connue à l'heure actuelle" car ce serait pas raccord pour les persos ayant connu "Nature", la précédente PJ Naturelle ^^)

En tout cas, si tu as des questions, n'hésites pas ♥️
Encore bienvenu et bon courage pour ta fiche !!!
21.06.18 22:25
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mythique Femelle
Âge IRL : 20
Messages : 23
Date d'inscription : 21/06/2018
Âge du Personnage : 2017
Race : Naturelle
En couple avec : Personne
Métier : Aucun
Multi-Compte : Aucun
Actif ? : Oui
Bonjour et merci beaucoup ! Je vais pouvoir me lancer sereinement à l'assaut de cette fiche !
21.06.18 22:40
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mythique Femelle
Âge IRL : 31
Messages : 530
Date d'inscription : 14/09/2017
Âge du Personnage : 563 ans
Race : Banshee
En couple avec : /
Métier : Juge pénal
Multi-Compte : Télès - Kanitha - Amalthée
Actif ? : Oui
Bienvenue et bon courage !

_________________
Dialogue en #01006F

Code:
[color=#01006F][b]« Dialogue. »[/b][/color]
21.06.18 22:44
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://black-desert.fr/
Mythique Mâle
Âge IRL : 26
Messages : 604
Date d'inscription : 28/03/2018
Âge du Personnage : 36 ans
Race : Felyne
En couple avec : Son Gardien Céleste ...
Métier : Co-Gérant et commercial du Voile d’Ébène / Gamer semi-Pro
Multi-Compte : Tsukiko & William Richards
Actif ? : Au ralenti pour cohérence timeline
Bienvenue et bon courage, curieuse de découvrir ta fiche

_________________
Couleur du Chat #006d81
Discord du Chat: Kaewyn La Renarde#7711
21.06.18 23:22
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Bienvenue! Je suis curieux aussi, c'est chouette que cette race soit rejouée!
Invité
21.06.18 23:25
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mythique Femelle
Âge IRL : 20
Messages : 23
Date d'inscription : 21/06/2018
Âge du Personnage : 2017
Race : Naturelle
En couple avec : Personne
Métier : Aucun
Multi-Compte : Aucun
Actif ? : Oui
Bonjour, bonjour, et merci pour tous vos messages de bienvenue !

J'espère que ma fiche, désormais terminée (sauf changements requis :3) saura satisfaire vos attentes !
24.06.18 15:53
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mythique Femelle
Âge IRL : 34
Messages : 932
Date d'inscription : 18/07/2016
Âge du Personnage : 581 ans
Race : Draconide
Métier : Première Apprentie de Kassandra, mage dimensionnelle
Multi-Compte : Clément Duclos, Hans Krämer, Sarah Vermeil
Actif ? : Oui^^
Je n'ai rien vu qui me semble mauvais par rapport au contexte, donc j'ai envie de dire


Fiche Validée
Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur Saol Eile et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants. Nous te demanderons aussi d'aller recenser ton Métier cela serait pratique. Si ce n'est pas ton premier personnage parmi nous, merci de nous le signaler dans le Registre des Multiples Personnalités.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer. Notamment, tes autres comptes si tu en as, tes périodes d'absence, l'âge et autres petites informations utiles rapidement aux joueurs, et qui concernent ton personnage !
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup  Embarassed ...

Sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! A noter que les modèles proposés de codage ne sont pas obligatoires, si tu veux faire autrement : tu peux -_^
Nous avons aussi le Centre de Messagerie pour les rps de type "épistolaires/mail/sms". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage Wink

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, demander des lieux, trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration...etc.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.

Le staff te souhaite la bienvenue !
24.06.18 16:34
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saol Eile :: Les Dossiers Identitaires :: Présentations :: Mythiques validés-
Sauter vers: